La congélation d’embryons

Avertissement
Si les principes restent les mêmes, les modalités pratiques peuvent varier d’un centre à l’autre. Nous vous présentons ici le mode de fonctionnement dans notre centre.

Congélation

Publié le 02/11/2004 à 13h12 (mis à jour le 25/01/2005 à 17h36)

La possibilité de congeler les embryons a été proposée dès 1983. Il a été démontré que les embryons stockés dans l’azote liquide (-196°C) conservaient un potentiel évolutif.

Si le nombre d’embryons obtenus est supérieur au nombre d’embryons transférés, les embryons surnuméraires peuvent être congelés à condition qu’ils soient de très bonne qualité (grades 3 et 4). La congélation s’effectue au stade 4 cellules dans de l’azote liquide à -196° C..

L’embryon, à ce stade, est constitué de plus de 90% d’eau. Il est donc nécessaire d’éviter la formation de cristaux de glace qui par augmentation de volume déchireraient les membranes cellulaires lors de la congélation.
On élimine donc l’eau en la remplaçant par un cryoprotecteur, véritable "antigel" cellulaire.
L’embryon est plongé dans des bains successifs contenant le cryoprotecteur et du sucrose à des concentrations différentes.
Le sucrose rend le milieu hypertonique par rapport à l’embryon, ce qui entraîne la sortie de l’eau et la rentrée du cryoprotecteur. L’embryon est placé dans une paillette en plastique de 13 cm de longueur et de 2 mm de diamètre contenant un volume de 0,3 ml, une partie de la paillette contient toutes les indications nécessaires à une bonne identification.

La congélation s’effectue dans un appareil permettant une baisse de température progressive jusque vers -196°C.
La conservation des embryons se fait en azote liquide à -196°C et on a pu constater qu’après plusieurs années, les taux de survie après décongélation n’étaient pas modifiés.

Cuve de conservation d’embryons

Disposition des paillettes dans la cuve

Retour en haut de page

Décongélation embryonnaire

Publié le 02/11/2004 à 13h13

La paillette contenant l’embryon est sortie de l’azote liquide. Dès lors il faut réhydrater l’embryon par des bains successifs contenant de moins en moins de cryoprotecteur et de plus en plus de milieu aqueux, à une température de +37°C.
Les embryons ayant survécu au procédé congélation - décongélation sont transférés le jour même de la décongélation.

Retour en haut de page

Transfert des embryons congelés

Publié le 02/11/2004 à 13h14

Deux techniques sont utilisées :

  • Cycle spontané : dans ce cas, le cycle de la patiente est surveillé par échographie et dosage d’estradiol afin de repérer le jour de l’ovulation. Les embryons seront alors transférés 2 ou 3 jours après.
  • Cycle artificiel : ici, on administre des estrogènes puis de la progestérone afin d’assurer une bonne croissance de l’endomètre.

Le choix entre les deux techniques se fait essentiellement en fonction de la qualité de l’ovulation de la patiente.

Le transfert lui-même se fait dans les mêmes conditions que pour les embryons non congelés.

Retour en haut de page

Résultats

Publié le 02/11/2004 à 13h15

Dans environ 10% des cas, les embryons ne supportent pas la congélation. Le taux de grossesse obtenu avec des embryons congelés est de 22% par transfert. Ces grossesses sont strictement normales sans risque supplémentaire pour l’enfant.

Retour en haut de page

Devenir des embryons congelés

Publié le 02/11/2004 à 13h16

Le transfert des embryons congelés ne peut s’effectuer qu’en présence des deux conjoints. En cas de séparation du couple (divorce, décès) les embryons congelés ne pourront pas être transférés.

S’il n’y a pas eu de grossesse au décours de la FIV, les embryons congelés sont transférés dans les six mois, soit lors d’un cycle spontané, soit lors d’un cycle artificiel.

S’il y a eu grossesse lors de la FIV, nous conservons les embryons au maximum 5 ans. Le couple est consulté chaque année par écrit sur leur désir concernant le devenir des embryons congelés.

Si le couple ne désire pas d’autres enfants, le devenir des embryons congelés sera réglé selon la loi de bioéthique en vigueur.

Dans tous les cas, il ne sera pas procédé à une nouvelle tentative de FIV tant qu’il restera des embryons congelés.

Il est demandé aux couples d’avertir le centre de FIV de tout changement d’adresse et de situation familiale. La demande de conservation des embryons devra être renouvelée par écrit chaque année.

Chaque année l’hôpital vous transmettra une facturation pour la conservation des embryons congelés. (remboursement pris en charge par la sécurité sociale)

Si le couple refuse la congélation, il doit en aviser le laboratoire avant la tentative de FIV. Dans ce cas, il ne sera mis à féconder qu’un nombre limité d’ovocytes (correspondant au nombre maximal d’embryons transférés).

Retour en haut de page