Le volet Recherche et Innovation du Projet d’établissement 2012-2017

1.Une recherche et une innovation d’excellence lisible

Publié le 12/09/2014 à 11h37 (mis à jour le 17/08/2015 à 14h03)

Objectif 1 - Formaliser le projet scientifique de l’établissement en matière de recherche et d’innovation

L’amplification de l’activité de recherche et d’innovation du CHU de Toulouse doit s’appuyer sur l’identification des thématiques scientifiques stratégiques pour l’établissement, en lien avec ses partenaires académiques.
Le CHU de Toulouse entend tout d’abord poursuivre et améliorer, tant sur le nombre que sur la qualité des projets, la recherche clinique et translationnelle menée dans toutes les disciplines médicales.
L’établissement identifiera parallèlement ses thématiques scientifiques d’excellence en matière de recherche et innovation, sur la base de l’autoévaluation et des priorités définies par les pôles hospitalo-universitaires. Ces axes pourront être des maladies d’organes, des processus pathogéniques ou des axes à dimensions technologiques. Cette définition s’appuiera fortement sur le projet médical, la politique locale et les orientations de l’université et des organismes de recherche. Les indicateurs nationaux ainsi que l’évaluation de la recherche et de l’innovation par l’AERES permettront de disposer d’éléments fiables et objectifs pour conduire ce travail.
Les axes de recherche identifiables actuellement sont étroitement liés aux axes développés dans les grands centres de Recherche : l’Institut de Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires, l’Institut du cerveau d’imagerie cérébrale et handicap neurologique, le Gérontopôle, l’Institut Universitaire du Cancer et le Centre de Recherche sur le Cancer, l’Unité de Différentiation Epidermique et Auto immunité, le Centre de Physiopathologie, le laboratoire d’Epidémiologie et santé publique et le laboratoire des cellules stromales. De plus, certaines thématiques émergentes au CHU de Toulouse constituent également des axes stratégiques et devront à ce titre bénéficier d’un soutien spécifique. Elles seront identifiées notamment sur la base des orientations du projet médical pour exemple : la recherche en santé publique, la recherche en soins, la recherche sur les technologies et innovations biomédicales.

Objectif 2 - Développer les projets de recherche européens et internationaux

La recherche clinique s’inscrit aujourd’hui dans un cadre européen et international. La qualité de l’environnement national et local doit conduire les porteurs de projets à étendre le périmètre des appels d’offres auxquels ils participent.
Afin de soutenir la dynamique récemment engagée dans ce domaine, l’établissement continuera de mettre à disposition, en lien avec le Groupement Interrégional à la Recherche Clinique et à l’Innovation (GIRCI), une expertise pour le montage des projets européens. La sensibilisation des investigateurs aux modalités de financement et aux thématiques des projets européens et internationaux sera également poursuivie.
Parallèlement, le CHU consolidera ses liens avec les structures d’appui dans ce domaine, et notamment F-CRIN et ECRIN (French or European Clinical Research Investigation Network).

Objectif 3 - Développer l’activité d’innovation et de transfert technologique en s’appuyant sur la cellule Innovation de la DRI et les différentes plates-formes dédiées

Les activités d’innovation dans le domaine du dispositif médical ou de la e-santé seront particulièrement développées, en lien avec le projet médical du CHU. Pour cela une veille, sur les différents financements disponibles dans le domaine, sera effectuée afin de promouvoir ce type de projets de recherche. Le transfert technologique des innovations portées par les investigateurs du CHU, dans l’objectif d’un accès aux innovations technologiques sûres et évaluées, sera favorisé, et les collaborations avec les PME et start-up, souvent motrices dans ce domaine seront favorisées.
Les plates-formes dédiées au soutien de l’évaluation de l’innovation PlatinnEs (Plate-forme d’Innovation en E-santé), Plate-forme EDIT (Expertise Dispositif Médical de Toulouse) seront sollicitées pour conduire ces évaluations et aider l’institution dans ses choix d’équipements.
La valorisation économique des innovations du CHU sera accompagnée en liaison avec les sociétés de transfert SATT, et en particulier la SA Toulouse Tech Transfer TTT ou Inserm transfert.

Objectif 4 - Développer et adapter les financements de l’activité de recherche et d’innovation

L’excellence et la lisibilité des activités de recherche et d’innovation passent nécessairement par un soutien institutionnel. Le CHU poursuivra dans ce cadre sa stratégie de financement d’appels d’offres internes, en améliorant l’évaluation des projets soutenus et en renforçant la cohérence avec les appels d’offres externes.
Pour tenir compte des évolutions règlementaires dans ce domaine, le CHU entend faciliter le financement direct du personnel d’investigation par des fonds privés. Le fonds de dotation « Avec les Hôpitaux universitaires de Toulouse » permettra par ailleurs à des mécènes ou particuliers de soutenir les activités de recherche sur des thématiques identifiées.
Le caractère mouvant et complexe des financements impose enfin de poursuivre l’effort engagé sur la communication dans ce domaine. Notamment, il sera nécessaire de mieux communiquer sur la répartition et la gestion de l’enveloppe MERRI.

Retour en haut de page

2.Une recherche et une innovation structurée et évaluée

Publié le 12/09/2014 à 11h43

Objectif 5 - Impulser la structuration de l’investigation dans les pôles et au niveau institutionnel

Un soutien institutionnel pour la structuration de l’investigation, au plus près des investigateurs, apparaît nécessaire. L’établissement formalisera, en s’appuyant notamment sur les projets des pôles hospitalo-universitaires et sur le résultat de l’évaluation de l’AERES, sa stratégie sur ce point.
En fonction des modalités retenues, il sera nécessaire d’accompagner les pôles dans l’organisation interne de leurs activités d’investigation. La professionnalisation des équipes investigatrices sera également poursuivie, par le biais notamment de la formation à la recherche clinique.
Les Référents recherche ont dans ce contexte pour mission d’être une interface efficace entre leur pôle et la DRCI dont ils sont membres. En lien avec le chef de pôle, ils participent à l’animation de l’activité de recherche et d’innovation.

Objectif 6 - Poursuivre la transition des structures d’appui vers de véritables plates-formes

Les années écoulées ont permis d’entamer largement la professionnalisation et la structuration des structures d’appui, des pôles prestataires en matière de recherche et des plates-formes, en cohérence avec les orientations des pouvoirs publics dans ce domaine.
En tenant du degré de maturité actuelle de chaque structure, cette dynamique devra être poursuivie activement. • Pour les structures d’appui (méthodologie, datamanagement, biostatistiques, promotion, vigilance, évaluation médico-économique) : mieux formaliser et valoriser l’offre de services, mieux évaluer les activités réalisées. L’objectif est de s’engager sur une labellisation de ces structures dans le cadre de la démarche qualité institutionnelle. • Pour les pôles médico-techniques (imagerie, biologie, pharmacie) : structurer la prestation, la rendre plus lisible pour les investigateurs, donc plus efficace et mieux valorisée. Certaines prestations spécifiques (cyclotron, TEP recherche, collections biologiques) doivent devenir de véritables plates-formes, ouvertes y compris à des partenaires extérieurs. Ce travail de structuration doit permettre également de dégager des ressources pour développer l’activité propre de recherche de ces entités.

Objectif 7 - Renforcer les processus support pour fluidifier la mise en place, le suivi, et le « reporting » des projets de recherche et d’innovation

Dans un contexte complexe, la qualité des processus support à la recherche participe pleinement au développement de l’activité. Le GIRCI apporte, sur certains de ces processus, une impulsion et des moyens notables.
La mise en place d’un système d’assurance qualité est une priorité et un cadre pour l’amélioration générale des processus support. Cela concerne à la fois le respect des Bonnes Pratiques pour les activités de promotion de l’établissement, l’engagement dans une démarche de certification ISO 9001 pour la Direction de la Recherche et de l’Innovation, et l’accompagnement qualité des structures d’appuis et des équipes investigatrices qui le souhaitent.
L’amélioration du système d’information recherche et des outils informatiques de la recherche, ainsi qu’une meilleure intégration des aspects recherche dans le système d’information du CHU seront également un aspect structurant pour l’amélioration des processus support. Une réflexion sur l’utilisation des outils multimédias pour la formation à la recherche clinique sera également menée.
Pour mettre en place une politique adaptée de développement des activités de recherche et d’innovation, il est par ailleurs nécessaire de continuer l’effort de cartographie des activités réalisées au sein de l’établissement. Cela doit se faire sur la base d’indicateurs et d’outils de pilotage fiables, peu nombreux mais pertinents.

Retour en haut de page

3.Une recherche et une innovation tournée vers ses partenaires

Publié le 12/09/2014 à 11h48

Objectif 8 - Poursuivre la rénovation des relations institutionnelles avec l’université et les organismes de recherche

Dans la suite du renouvellement de la convention hospitalo-universitaire signée en 2011, l’établissement souhaite s’engager dans la rénovation des conventions-cadres qui le lient aux organismes de recherche (Inserm, CEA, CNRS…). De plus, le CHU réfléchira aux modalités de son intégration dans la construction du prochain quinquennal des UMR installées sur les sites hospitaliers.
L’institution affirme également le rôle d’animation majeur du Comité de la Recherche Biomédicale et en Santé Publique (CRBSP) dans la politique de site et la structuration des coopérations renforcées type DHU.

Objectif 9 - Développer la collaboration avec les établissements de santé non hospitalo-universitaires et les professionnels de santé libéraux

En cohérence avec le Projet Régional de Santé et le projet de coopération du CHU, l’établissement s’attachera à développer les collaborations d’abord avec les établissements généraux mais également avec des établissements privés en matière de recherche clinique. Conformément aux orientations ministérielles faisant des CHU des « têtes de réseau » en matière de recherche, cette collaboration pourra porter sur la diffusion d’une culture recherche, des actions de formation, le développement des capacités de recrutement ou encore le montage de projets en commun.
Par ailleurs, l’établissement souhaite développer la collaboration avec les professionnels de santé libéraux, notamment sur des projets de recherche sur l’organisation des soins, la santé publique ou des projets d’innovation et d’e-santé. Pour ses activités de promotion, le CHU sera par ailleurs attentif à la qualité de l’information des professionnels libéraux lors de l’inclusion d’un de leurs patients dans un protocole.

Objectif 10 - Encourager les partenariats avec les entreprises et industriels

Dans le cadre de la politique de site, le CHU favorisera l’émergence d’un campus recherche permettant à des PME et des starts-up de s’implanter au plus près des équipes cliniques.
L’établissement poursuivra et amplifiera par ailleurs ses partenariats avec les entreprises du médicament et du dispositif médical, en lien avec la stratégie du GIP Cengeps. Dans un cadre équilibré, le CHU sera notamment vigilant à maintenir la réactivité atteinte ses dernières années pour les essais cliniques industriels, et à développer le transfert et la valorisation de l’innovation et des ressources hospitalières.

Objectif 11 - Agences et structures d’accompagnement

Les agences et les collectivités territoriales régionales/communauté d’agglomération portent en Midi-Pyrénées une attention particulière sur la Recherche et innovation en santé, soit en finançant des projets des infrastructures en favorisant des rapprochements avec les entreprises ou entre organismes de recherche, soit encore en promouvant des initiatives ou des évènements liés à la Recherche et l’innovation.
Le CHU, au travers de son activité de recherche et innovation, développera ses partenariats et communiquera avec ces collectivités.
Les structures d’accompagnement de projets telles que les pôles de compétitivité, les Structures d’accélération de transfert Technologiques sont de réels leviers pour permettre la mise en place de projets pluridisciplinaires et multi partenariaux. Le CHU, en tant que membre de celles –ci, proposera ses compétences médicales et soignantes dans les projets.

Retour en haut de page