Les Instituts Universitaires des Hôpitaux de Toulouse

7 Instituts Universitaires pour fédérer les expertises complémentaires, optimiser la lisibilité et la visibilité de la recherche et renforcer les synergies entre soin, enseignement et recherche. Cartes d’identité de trois d’entre eux créés en 2014 autour des handicaps, du vieillissement et de la cardiologie. Sur la période 2014-2016, sept Instituts Universitaires correspondant à des thèmes majeurs de recherche et de soin ont été ou seront créés au CHU de Toulouse. « Infection, Inflammation et Immunité », « Techniques Interventionnelles et mini-invasives » et « Cancer » suivront entre 2015 et 2016.

Institut des Handicaps neurologiques

Publié le 21/11/2014 à 16h06 (mis à jour le 21/11/2014 à 16h30)

La séparation entre handicaps psychiatriques et neurologiques est formelle. Les pathologies psychiatriques génèrent des handicaps neurologiques et inversement. La situation est la même entre les déficits sensoriels et leurs conséquences neurologiques ou psychiatriques. L’une des principales missions de cet institut sera de développer des partenariats au-delà du périmètre du CHU, transformant cet institut en plateforme d’excellence sur laquelle pourront s’appuyer des structures et investisseurs public ou privé. L’institut participera au projet Biocross, un lieu unique d’échange entre ingénieurs, économistes et médecins.

Coordination
Pr. Jérémie Pariente
Pr. Christophe Arbus

Missions de l’institut

Recherche
2 axes principaux :

  • « Physiopathologie » pour étudier les troubles développementaux dans lesquels coexistent des handicaps neurologiques, psychiatriques et sensoriels qui débutent dès l’enfance
  • « Innovations thérapeutiques » afin de développer des techniques de rééducation, de remédiation ou de stimulation cérébrale.

Formation et enseignement

  • Cycles de conférences multidisciplinaires ouverts aux médecins hospitaliers et libéraux, aux étudiants et aux chercheurs
  • Formation continue des médecins et formation par la recherche avec des co-encadrements trans-disciplines pour les étudiants.
  • Création d’un diplôme spécifique aux handicaps neurologiques, psychiatriques et sensoriels.

Soins
Objectifs : développer des filières de soins dédiées aux patients présentant des handicaps combinés dans le champ de la neurologie, de la psychiatrie, de l’ophtalmologie et de l’ORL, optimiser et créer des consultations pluridisciplinaires entres les différentes spécialités.

Retour en haut de page

Institut Préserv’Age

Publié le 21/11/2014 à 16h14 (mis à jour le 21/11/2014 à 16h15)

Cet institut repose sur un socle solide fédérant des équipes d’enseignants-chercheurs et de cliniciens, une équipe performante d’investigation clinique émanant du pôle gériatrie ainsi que les équipes d’appui et de soutien à la
recherche du CHU. Ce socle a déjà montré sa capacité à obtenir des financements et valoriser ses projets de recherche.
L’objectif de l’institut est de recentrer les activités de recherche autour d’axes spécifiques peu nombreux (Alzheimer, fragilité) afin de répondre à deux objectifs : améliorer nos connaissances en matière de déclin fonctionnel lié à l’avance en âge et concevoir des stratégies de prévention validées, acceptables en population générale.

Coordination
Pr. Sandrine Andrieu

Missions de l’institut

Recherche
Une nouvelle structuration permettant de fédérer les différents
acteurs autour de projets d’envergure et de mettre en place des indicateurs de suivi de la recherche et une stratégie de soutien à la publication.

Formation et enseignement
Objectif : sensibiliser les jeunes à la recherche dès leur entrée dans le système hospitalier, en suivant, selon leur profil, la FMC de Recherche clinique, le DU de recherche clinique ou le séminaire d’initiation à la recherche clinique.

Soins
Dans un contexte de structures hospitalières actuelles peu optimisées pour accueillir les personnes âgées en perte d’autonomie, concevoir une nouvelle filière afin de prendre en charge cette nouvelle patientèle en amont afin de leur proposer des interventions efficaces susceptibles de ralentir, voire éviter la perte d’autonomie.

Retour en haut de page

Institut Universitaire Cardiomet

Publié le 21/11/2014 à 16h24 (mis à jour le 16/10/2015 à 17h01)

Pour en savoir plus sur Cardiomet, consultez notre rubrique Institut Cardiomet.

Retour en haut de page