Nutrition artificielle à domicile

Consultations de nutrition artificielle à domicile

Publié le 23/03/2005 à 15h34 (mis à jour le 03/02/2009 à 15h09)

Tous les jeudis sur rendez-vous, de 9h à 12h30.

Retour en haut de page

La nutrition artificielle à domicile

Publié le 29/07/2005 à 12h19 (mis à jour le 07/12/2006 à 15h46)

Lorsque l’indication d’une NA est prolongée, que le patient est en état nutritionnel stable et que l’environnement socio-familial et matériel le permet, la NA peut être poursuivie à domicile (NAD) [24].
La NAD doit obéir aux mêmes exigences de qualité et de sécurité qu’en intra-hospitalier. La technique de NA mise en œuvre à domicile conditionne les modalités de la prise en charge technique et financière.

La Nutrition Entérale à Domicile.
La nutrition entérale à domicile (NED) est inscrite à la liste des produits et prestations remboursables (LPP).
Sont inscrits à la LPP la prestation, les mélanges nutritifs avec numéros d’agrément, les dispositifs médicaux nécessaires.
L’arrêté du 20 septembre 2000 :

  • indique les conditions de la prise en charge qui est réservée :
    • aux patients dénutris (perte pondérale supérieure à 5 %) ou à risque de dénutrition liée à une affection dont la liste est précisée dans l’arrêté,
    • à une prescription médicale dans un « établissement spécialisé dans la prise en charge nutritionnelle »,
    • aux patients bénéficiant d’une « évaluation régulière par le service prescripteur initial ».
  • fait intervenir obligatoirement une société prestataire assurant de façon indissociable la fourniture des nutriments, du consommable et des prestations techniques (livraison à domicile, maintenance et assistance techniques,... ), administratives (gestion des dossiers, continuité de la prestation, ... ) et générales (conseils, éducation, visites régulières, coordination, ... ) selon deux forfaits (par gravité ou par pompe) [25].

La Nutrition Parentérale à Domicile.
La nutrition parentérale à domicile (NPD) n’a pas actuellement d’inscription à la LPP. Selon les indications et les modalités thérapeutiques, elle peut être prise en charge par un Centre Agrée de NPD [26] ou par des poches multicompartimentées industrielles dispensées par les officines pharmaceutique de ville.

Les Centres Agréés de Nutrition Parentérale à Domicile (14 centres adultes, 6 centres enfants) sont régis par la circulaire ministérielle du 18 décembre 1984. Ils ont pour attribution de prendre en charge les patients relevant d’une nutrition parentérale exclusive ou non, prolongée (supérieure à deux mois) ou non et/ou nécessitant des apports adaptés complexes (ces apports pouvant être faits par l’intermédiaire de poches dites « à la carte » sur prescription nominative et unitaire). Il s’agit d’une prise en charge polyprofessionnelle par des équipes hautement spécialisées ayant reçu l’agrément du Comité National de Coordination pour la NPD. Le financement de cette activité (personnel soignant hospitalier, mélanges nutritifs, matériels fixes et consommables, logistique) est imputé à la dotation budgétaire globale de l’établissement qui héberge le Centre Agréé. Cette prise en charge implique les soignants « de proximité » médicaux (généraliste et spécialiste), infirmiers libéraux, le patient et son entourage (information, éducation, autonomisation aux manipulations, à la surveillance et à la gestion des matériels fixes et consommables nécessaires).

Depuis mai 2001, certains mélanges nutritifs industriels (poches multi-compartiments) ont obtenu une AAM, sont remboursés par l’Assurance Maladie et sont disponibles en officine. La Commission de Transparence de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS) a émis des recommandations qui limitent leur utilisation à la NPD pour assistance nutritionnelle (inférieure à 1.500 kcal/j) et pour une courte ou moyenne durée (inférieure à deux mois). Il n’existe pas d’inscription à la LPP permettant de prendre en charge la pompe (obligatoire pour la nutrition parentérale par voie veineuse centrale et fortement recommandée pour la nutrition parentérale par voie périphérique) ni la prestation de service. D’autre part, aucune procédure d’administration de la NP ou de suivi des patients n’est indiquée.

Document à télécharger

Retour en haut de page