Pour la marine marchande

L’aide médicale en mer repose sur la consultation du Centre de Consultation Médicale Maritime (CCMM) ce qui permet grâce à la dotation médicale et à la compétence du responsable des soins à bord de traiter la plupart des malades et blessés, et poser, Le cas échéant, l’indication d’une évacuation ou d’un accueil à quai.

Urgence médicale en mer

Publié le 12/01/2009 à 10h11 (mis à jour le 28/07/2010 à 14h02)

  • « Le SAMU de la mer » :
    • En cas de plaie, de fracture, de malaise, de douleur thoracique ou de toute urgence, Le CCMM assure une réponse permanente H24 comme le fait le SAMU à terre.

Nous contacter

    • L’appel arrive au Centre de Réception et de Régulation des Appels (CRRA) du SAMU 31. Le Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale (PARM) répond, ouvre un dossier, et, sur des critères secouristes évalue l’urgence de l’appel qu’il transmet au médecin CCMM posté en journée (qui peut différer ou mettre en attente un appel en cours non urgent).
      En heure non ouvrable, c’est au régulateur du SAMU31 ou au médecin d’astreinte CCMM que l’appel est transmis.
    • L’évaluation de la gravité de la pathologie repose sur l’examen du malade ou blessé, sur les critères secouristes recueillis par le responsable des soins à bord (conscience, respiration, fonction cardio-ciculatoire).
    • L’appel au CROSS pour motif médical sera transmis en conférence à 3 au CCMM.
  • Le déclenchement des effecteurs :
    • Lorsqu’une évacuation ou l’accueil à quai d’un blessé ou d’un malade est nécessaire, les moyens sont déclenchés par le CROSS sur avis médical du médecin du CCMM en collaboration avec le Samu de Coordination Médicale Maritime (SCMM).
  • En attendant les secours :
    Les délais d’intervention des moyens de secours sont souvent plus longs en mer qu’à terre. Le médecin CCMM, vous prescrit et vous aide à réaliser les soins nécessaires, en attendant les secours :
    • Réalisation des gestes de premiers secours.
    • Soins simples (désinfection de plaies).
    • Traitements médicamenteux : antalgiques antibiotique notamment.
    • Conditionnement du patient en vue de faciliter son évacuation ou son débarquement : immobilisations, installation dans une civière.
Retour en haut de page

La téléconsultation non urgente

Publié le 12/01/2009 à 10h11 (mis à jour le 06/02/2009 à 09h13)

  • Les embarquements prolongés, la brièveté des escales, la difficulté à se dérouter rend difficile la prise en charge de symptômes qui seraient du ressort d’une consultation médicale simple.
  • En mer, c’est par l’appel au médecin du CCMM que l’on peut éviter que ces « petites maladies » ne s’aggravent ou se compliquent.
  • Le médecin CCMM répond à ces consultations de médecine générale du lundi au Vendredi de 8h00 à 18h00 et le Samedi matin de 8h00 à 13h00 (heure Française).
  • La base de la consultation est l’appel en phonie qui parfois peut être complétée de l’envoi d’image ou autres fichier joint par mèl sur la messagerie CCMM. Pour des raisons de confidentialité le mèl ne doit pas permettre d’identifier le patient. Ce moyen ne peut être un mode de consultation (non veillé, non confidentiel).

Nous contacter

Retour en haut de page

Dotation médicale des navires de commerce

Publié le 21/12/2008 à 03h29 (mis à jour le 19/02/2010 à 12h49)

Les dotations médicales en commerce sont régies par la division 217.
Ce texte impose une dotation minimale en médicaments, matériels et dispositifs médicaux.
Ont été annexés à ce texte les bons de commande et la fiche d’observation médicale.

Retour en haut de page