Quand recourir aux urgences ?

Votre état de santé nécessite-t-il les urgences ?

Publié le 30/09/2014 à 19h16 (mis à jour le 03/10/2014 à 17h06)

Voici une liste non exhaustive des situations où votre état de santé justifie d’appeler les secours ou de se rendre aux urgences les plus proches :

  • douleurs persistantes au niveau de la poitrine ou du bras gauche, pouvant se diffuser jusqu’au poignet
  • hémorragie, saignement important ou une diarrhée sanglante
  • paralysie partielle et soudaine
  • brûlure importante (par le degré ou la superficie), électrocution
  • difficultés à respirer, absence de respiration constatée chez quelqu’un
  • accident de la route, même si l’on se sent bien
  • présence d’un corps étranger inséré et impossible à enlever dans une partie du corps
  • intoxication, empoisonnement, ingestion d’un produit dangereux
  • chute avec une suspicion de fracture
  • gonflement allergique soudain
  • toutes douleurs aiguës, soudaines et localisées (tête, ventre…)
  • ...

Dans le cas contraire, si votre état de santé ne justifie pas un appel aux services d’aide médicale urgente (SAMU) ou un déplacement dans un service d’urgence mais que vous souhaitez une réponse médicale adaptée à votre besoin (un conseil médical ou thérapeutique, un rendez-vous de consultation avec un médecin, un renouvellement d’ordonnance, etc.), consultez notre rubrique « Les alternatives aux services d’urgence ».

Retour en haut de page

Recommandations et rappels pour un bon usage du numéro d’urgence 15

Publié le 03/10/2014 à 16h14 (mis à jour le 03/10/2014 à 16h19)

Accessible 24h/24, le numéro d’urgence 15 (numéro d’appel au SAMU) est un service public de secours (au même titre que les autres numéros d’urgence 17, 18 et 112). Son usage doit être réservé pour des appels d’urgence médicale.

Sanctions en cas d’emploi abusif du 15

Tous les appels qui aboutissent aux 15 sont identifiés et enregistrés. L’usage abusif de ce numéro constitue une infraction, susceptible de sanctions, selon l’article 223-5 du Code Pénal : « Le fait d’entraver volontairement l’arrivée de secours destinés à faire échapper une personne à un péril imminent ou de combattre un sinistre présentant un danger pour la sécurité des personnes est puni de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende ».

Retour en haut de page