1914 – 1918 Au cœur du service de santé : le vécu du médecin toulousain Prosper Viguier

Publié le 13/06/2018 à 16h03 (mis à jour le 13/06/2018 à 16h07)

Avant que ne s’achève la commémoration du centenaire de la Première Guerre Mondiale, le CHU de Toulouse (Musée des Instruments de Médecine), l’Association des Amis de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, l’Association des Amis du Musée d’Histoire de la Médecine vous invitent à découvrir ou redécouvrir leur dernière exposition muséographique exceptionnelle regroupant objets, uniformes et photographies issus de plus de six collections privées, prêtées pour cette occasion.

La guerre est la triste compagne de l’histoire des hommes depuis que ceux-ci sont organisés en Etats. Elle a pris de multiples formes dans l’histoire.
La Première Guerre mondiale représente une révolution dans la conduite des conflits comme le monde n’en n’avait encore jamais connu dans tous les aspects : en nombre de soldats engagés, en stratégie, tactique, mais aussi et surtout par son caractère « industriel » elle infligea de nouvelles blessures et traumatismes qui imposèrent la nécessité de repenser la chaîne de prise en charge des blessés.

  • Pourquoi le conflit de 1914-1918 représente-il une rupture dans la chirurgie de guerre ?
  • Quelles étaient les blessures rencontrées dans cette guerre d’un genre complètement nouveau ?
  • Comment ont-elles été traitées et quelles leçons en furent tirées pour la médecine d’aujourd’hui ?

Hôtel-Dieu Saint-Jacques – 2 rue Viguerie
Espace Jean de Rudelle (accueil Conciergerie) –
jusqu’en novembre 2018

Du lundi au vendredi de 9h à 17h – tous les dimanches de 11h à 17h. Sauf le samedi.
(En dehors de ces horaires, possibilité d’éclairer soi-même l’exposition)

Exposition accessible en totalité aux personnes en situation de handicap moteur


L’uniforme du soldat français jusqu’en 1915

L’infrmière du Service de Santé

Les nouvelles blessures et l’aube d’une médecine nouvelle