Asthme et grossesse

Publié le 22/06/2017 à 16h49

Vous pouvez mener une grossesse à son terme, sous réserve d’un suivi médical régulier et concerté entre votre obstétricien, votre médecin traitant et votre pneumologue.

La maladie asthmatique d’une femme enceinte peut évoluer de trois façons :

  1. dans un tiers des cas, elle s’améliore,
  2. dans un tiers des cas, elle s’aggrave,
  3. et dans le dernier tiers des cas, elle reste inchangée.

Le manque d’oxygène généré par une ou plusieurs crises d’asthme importantes est le risque majeur pour l’enfant à naitre. Il peut entrainer à la fois une prématurité et un petit poids de naissance. L’objectif du traitement est d’éviter les crises et d’avoir un contrôle du souffle. La mesure de la fonction respiratoire (voir l’article sur la mesure du souffle) doit être trimestrielle. Il faut bannir l’idée que les médicaments pour traiter l’asthme sont néfastes pour le bébé et la femme enceinte.

Les bronchodilatateurs et les anti-inflammatoires, le plus souvent utilisés par voie inhalée, qui sont la base du traitement de fond de la maladie ont, depuis longtemps, prouvé leur efficacité.

Votre médecin traitant et votre pneumologue adaptent leurs prescriptions en fonction de l’évolution de votre asthme. Ils suppriment :

  • les antihistaminiques pendant les trois premiers mois,
  • les médicaments récents, pendant toute la durée de votre grossesse puis pendant l’allaitement de votre enfant.