Description de l’arthrose

Publié le 14/12/2012 à 12h40 (mis à jour le 04/04/2013 à 18h48)

Une articulation est composée de deux os face à face, recouverts de cartilage, le tout enfermé dans une capsule articulaire tapissée à l’intérieur par la membrane synoviale (cf. figure 1).

Dans des conditions normales, le cartilage a besoin d’un certain degré de pression pour vivre. Toute hypopression, mais surtout hyperpression, entraînent des lésions de ce cartilage.


Figure 1 : schéma d’une articulation normale avec ses différents constituants et son évolution arthrosique (arthrose débutante et terminale)

L’arthrose est la résultante des phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent l’équilibre entre la synthèse et la dégradation du cartilage et de l’os situé dessous (définition de l’OMS).

L’arthrose débutante se traduit par des fissures puis des érosions du cartilage qui finit, au fil des années, par disparaître. Lorsque les cartilages de l’os ont disparu, on parle d’arthrose terminale. Celle-ci s’accompagne d’une réaction de condensation de l’os (ostéocondensation), d’excroissances anormales (les « ostéophytes ») et de cavités (géodes), ainsi que de poussées de congestion de la membrane synoviale avec épanchement de synovie (cf. figure 1).

Toutes les articulations peuvent être touchées par l’arthrose, mais à des fréquences très variables. Celles les plus atteintes sont la colonne vertébrale, les mains, les genoux et les hanches.

Les facteurs de risque

Dès la cinquantaine, le risque d’arthrose augmente avec l’âge et elle est plus fréquente chez la femme que chez l’homme.

Le grand facteur de risque de l’arthrose est l’hyperpression. Les causes de cette hyperpression sont nombreuses : surcharge pondérale et obésité, sur-utilisation professionnelle ou sportive (sport de haut niveau), traumatismes articulaires (fracture articulaire, luxation, entorses, contusion, lésion du ménisque du genou, etc…). Un terrain familial est souvent retrouvé (notamment pour l’arthrose des doigts).

Les signes cliniques

Quand elle se manifeste, l’arthrose fait souffrir, et enraidit l’articulation. Bon nombre d’arthroses sont dites « asymptomatiques » : on les découvre sur une radiographie mais elles ne font pas mal (notamment l’arthrose de la colonne vertébrale). La douleur de l’arthrose se manifeste surtout quand on se sert de son articulation. Elle se calme au repos.

La raideur articulaire s’installe très lentement et ne devient manifeste qu’après plusieurs années d’évolution. Elle peut entraîner une boiterie quand il s’agit d’articulations des membres inférieurs (hanche, genou).