La topographie cornéenne

Publié le 17/01/2008 à 16h34 (mis à jour le 30/05/2014 à 12h57)

Elle est obtenue avec un appareillage simple appelé topographe cornéen dont la principale fonction est de mesurer la forme « topographique » de la face antérieure de la cornée. Elle est indispensable au diagnostic, reproductible et conditionne la qualité du suivi. Son relevé se lit comme une carte géographique, les couleurs chaudes correspondent à des surélévations, les couleurs froides à des dépressions. Elle permet d’identifier avec précision la position et l’importance de l’ectasie de la cornée kératocônique.

Certains topographes sont capables de donner une image topographique des deux faces (antérieure et postérieure) de la cornée. Une carte différentielle donne ainsi le relevé de l’épaisseur de la cornée en tout point (Pachymètrie). Des indices prédictifs du risque de présenter une topographie évocatrice d’un kératocône fruste ont été développés et permettent à présent un dépistage précoce. Ils reposent sur plusieurs paramètres comme : l’épaisseur minimum de la cornée centrale, l’étude de sa régularité, l’amplitude de sa cambrure (kératométrie), sa symétrie par rapport à l’axe horizontal ou à l’œil controlatéral. Les critères les plus connus sont ceux de Rabinowitz, Roush, Klyce et Maeda.


Topographie cornéenne type ORBSCAN