« Larrey c’est fini, vive Larrey », La fin d’une époque et le début d’une autre

Publié le 13/09/2004 à 12h07

Dans sa séance du 28 juin 1999, le conseil d’administration du CHU de Toulouse s’est prononcé favorablement sur l’acquisition de l’Hôpital des Armées Hippolyte-Larrey, encore appelé CHA au début de l’année 2000.
Cette année là, l’Hôpital militaire a été désaffecté militairement, conformément à la loi de programmation de 1998 du Ministère de la Défense, pour être mis entièrement à la disposition du CHU.
Le CHU a racheté cet ensemble hospitalier pour la somme de 40 millions de francs. Il a pris dès lors le nom d’ « ensemble hospitalier Rangueil-Larrey ».
Ce nouveau chantier ne démarre pas « ex-nihilo », déjà en 1997 la collaboration entre Rangueil et Larrey était effective : au mois de mars de cette année là, le Centre Hospitalier des Armées a accueilli pendant une durée de 10 mois le CCV de Rangueil : activité de chirurgie cardiaque du service de chirurgie cardio-vasculaire (unité d’hospitalisation, soins intensifs, blocs opératoire) en vue de réaliser les travaux et restructuration complète du service.
Le projet d’établissement du CHU de Toulouse adopté en 1998 impliquait le regroupement des disciplines par pôles. Ce projet implique la désaffectation d’un certain nombre de bâtiments pour des raisons de non-conformité à la sécurité incendie.

  • En juillet 1999, le Service de Médecine Interne de Rangueil à été transféré à l’Hôpital Larrey, ce transfert doit permettre le regroupement des services d’Urologie et de cardiologie.
  • Entre 1999 et 2003, deux projets d’implantation de services du CHU vers l’Hôpital Larrey ont été avancés : le pôle Respiratoire ou le pôle Digestif. C’est le premier projet qui va être retenu.