Questions - Réponses

Publié le 21/01/2008 à 10h00 (mis à jour le 30/05/2014 à 15h03)

  • Le kératocône est-il héréditaire ? OUI PARFOIS. Il existe des familles de patients atteints de kératocône avec des gènes bien identifiés. Cependant la transmission n’est pas obligatoire et la sévérité de l’atteinte irrégulière.
  • Le kératocône est-il contagieux ?
    NON
  • Le kératocône touche-t-il les deux yeux ?
    OUI, dans plus de 95 % des cas avec cependant une très fréquente asymétrie.
  • Existe-t-il un dépistage génétique du kératocône ?
    OUI mais uniquement dans le cadre d’études menées à TOULOUSE, concernant des cas familiaux et non isolés. Il n’y a pas de test diagnostic de certitude pour l’instant.
  • Le soleil est-il dangereux pour le kératocône ?
    NON mais toute irritation aggrave l’état de la surface oculaire et donc son efficacité optique.
  • Faut-il éviter certains sports ?
    OUI, la cornée étant amincie et le patient souvent porteur de lentilles de contact, les sports de combat et les sports violents sont déconseillés.
  • Peut-on devenir aveugle à cause d’un kératocône ?
    La probabilité est extrêmement faible, il s’agit d’une maladie d’évolution lente pour laquelle il existe plusieurs ressources thérapeutiques efficaces.
  • La greffe de cornée est-elle dangereuse ?
    La mortalité est nulle. La morbidité concerne les risques de cataracte, glaucome, infections, décollement de rétine et de rejet. Cette dernière est avantageusement contrebalancée par le service rendu par une greffe bien conduite. La surveillance et l’information sont les points décisifs pour minimiser cette morbidité toutefois inévitable pour certains patients.
  • Les lentilles de contact sont-elles dangereuses pour le kératocône ?
    La lentille de contact est pendant une grande période l’allié de choix du patient porteur d’un kératocône. Cependant, lorsque l’adaptation est mauvaise ou limite, il existe un risque de frottement important au sommet du cône induisant des érosions. Le risque d’abcès de cornée devient réel et apparaît souvent un cal de frottement ou opacité centrale qui interdit la pose des anneaux intra-cornéens et nécessite le recours à la greffe.
  • Peut-on ralentir l’évolution d’un Kératocône ?
    C’est le but du crosslinking du collagène cornéen. Actuellement il n’est pas connu de moyen physique pour freiner le processus d’ectasie (bombement irrégulier de la cornée vers l’avant). Le meilleur conseil préventif est de bien veiller à ne pas l’accélérer : interdiction de se frotter les yeux (ce qui n’est pas si facile pour des patients souvent allergiques) et contre-indication pour toute intervention à visée réfractive cornéenne (laser excimer pour corriger la myopie par exemple).