Dispositifs de recherche INSPIRE

See the english version of this page.

La plateforme de recheche INSPIRE met en place plusieurs cohortes INSPIRE afin de collecter des données biologiques, cliniques, digitales et d’imagerie.

Cohorte de recherche translationnelle (cohorte T)

Publié le 04/03/2020 à 18h07 (mis à jour le 29/04/2020 à 10h34)

Le plus important dispositif de recherche de la plateforme INSPIRE consiste au recrutement d’une cohorte de 1000 volontaires âgés de 20 ans jusqu’aux âges les plus avancés. Dans le cadre de cette cohorte, il est proposé un rendez-vous annuel au Centre de recherche clinique du Gérontopôle qui comprend :

  • une évaluation approfondie des fonctions selon les recommandations du programme ICOPE de l’OMS
  • des prélèvements biologiques.

Des explorations complémentaires (IRM, DEXA), un test d’effort (VO2 max) et un test de mesure de la force musculaire (Cybex) sont également proposés pour un sous-échantillon.

Tous les quatre mois, entre chaque bilan annuel, il est demandé aux participants d’évaluer à leur domicile leurs fonctions grâce à l’application ICOPE MONITOR. Selon les résultats observés, une évaluation plus approfondie pourra être proposée afin de rechercher les causes potentielles d’un déclin (y compris les causes biologiques, sociales, environnementales, maladies intercurrentes, ...) et de proposer des stratégies de prévention ciblées et personnalisées.

Les marqueurs plasmatiques prédicteurs de maladie d’Alzheimer (protéines Amyloïde et Tau) seront également étudiés afin de mieux définir les liens entre gérosciences et maladie d’Alzheimer.

Étude ancillaire CART / SMART HOME de la cohorte T

CART (ou Smart Home), est une étude qui va être réalisée dans un sous-groupe de la cohorte de recherche INSPIRE translationnelle, pour obtenir des données plus fines sur l’activité et la mobilité grâce à des capteurs installés à domicile. Une centaine de domiciles de participants sera équipée durant la durée du projet. Cette étude est réalisée en partenariat avec l’Université de Portland dans l’Oregon (États-Unis) où depuis 10 ans ces capteurs ont permis des avancées scientifiques.

D’autres outils digitaux viendront enrichir le panel utilisé à ce jour. Les entreprises Thalès et EDF, proposent par exemple des technologies de mesure qui pourraient également être testées et implémentées au sein de la cohorte T dans la futur.

Retour en haut de page

Cohortes de recherche animale (cohortes A)

Publié le 04/03/2020 à 18h21 (mis à jour le 26/05/2020 à 11h32)

La cohorte animale INSPIRE compte 1 400 souris, et fait partie des 3 plus grandes cohortes animales sur le vieillissement au monde avec celle du National Institute on Aging (Baltimore, USA), et celle de Calico (Google en Californie, US). Les recherches sur cette cohorte animale seront complétées par un modèle de poissons spécifique, le Nothobranchius furzeri ou African Killifish et une cohorte canine en conditions de vie réelle.

Cohorte souris

Cette cohorte de recherche animale murine est hébergée par le Centre Régional d’Exploration Fonctionnelle et Ressources Expérimentales (CREFRE- US006 Inserm UT3 – Paul Sabatier), sous la responsabilité du Pr Angelo Parini. Elle se veut une cohorte miroir de la cohorte humaine afin de pouvoir mettre en perspectives les résultats de recherche translationnelle trouvés chez l’homme et vice-versa, sur des modèles d’animaux vieillissants et aux conditions de vie à risque comme chez l’humain (sédentarité, régime alimentaire hyper lipidique).

Les objectifs principaux de la cohorte animale sont :

  • Déterminer l’évolution dans le temps de la fragilité / d’un vieillissement accéléré induits par des facteurs de risqué précis (sédentarité, inactivité, surpoids et obésité).
  • Corréler la fragilité fonctionnelle aux marqueurs du vieillissement / de la sénescence
  • Identifier de nouveaux marqueurs biologiques et cibles pharmacologiques pour prévenir et traiter la fragilité ou un vieillissement accéléré.

A cet effet, il a été décidé de travailler sur des cohortes humaines et animales relativement jeunes, mais cumulant plusieurs facteurs de risque de la fragilité / d’un vieillissement accéléré tels que la sédentarité, le surpoids et l’obésité.

Par extrapolation, on peut considérer que cette cohorte animale correspondrait à une population humaine d’individus âgés de 30 à 70 ans.

A l’instar de la cohorte humaine INSPIRE-T, du sang, de l’urine, des selles seront prélevés.

De plus, le phénotypage comportemental de la cohorte murine sera réalisée par la plateforme Mouse Behavioral Core du Centre de Biologie Intégrative sous la responsabilité des Drs Lopez, Guiard et Rampon.

Cohorte de poissons : l’African Kilifish

Parallèlement au modèle murin, le projet INSPIRE s’appuiera également sur l’utilisation d’un modèle de poisson, également hébergé à l’I2MC et encadré par Cédric Dray et Jean-Philippe Pradère, présentant un vieillissement accéléré.

Le Nothobranchuis Furzeri, plus communément appelé African Kilifish, est un des vertébrés présentant la durée de vie la plus courte. De par son mode de reproduction rapide du aux conditions environnementales, cet animal développe un vieillissement accéléré (4 à 6 mois) de tous ses organes, comparable à celui observé chez l’homme. Cette caractéristique fait de ce poisson un modèle d’étude essentiel afin de déterminer et de valider de nouvelles hypothèses dans le cadre du projet INSPIRE.

Ainsi, grâce à des expériences de pratique de l’exercice physique, de mise à jeun et réalimentation ou encore de chalenge nutritionnel ciblé, l’African Kilifish permettra, en peu de temps, de reproduire les différents stress ciblés par le projet INSPIRE. Ces animaux seront phénotypés afin de mieux appréhender leurs capacités locomotrices et cognitives (videotracking) mais également de connaitre la participation au vieillissement accéléré des mécanismes isolés chez l’homme, en matière de métabolisme et de capacités immunes et régénératrices.

Cohorte de chiens en conditions de vie réelles

Enfin, la cohorte canine est quant à elle hébergée à l’École nationale vétérinaire de Toulouse, sous la responsabilité du Pr Isabelle Raymond Letron, et en association avec STROMALab qui en a eu l’initiative, sous l’impulsion du Pr Louis Casteilla.

L’originalité de la cohorte canine réside dans sa complémentarité et sa synergie avec :

  • la cohorte de recherche translationnelle humaine d’une part,
  • les cohortes de modèles animaux (souris et poissons) d’autre part.

En effet, le chien est un animal dont la physiologie est proche de l’homme et qui présente un vieillissement comparable. De nombreux signes physiques et comportementaux du vieillissement se retrouvent chez l’homme et le chien, ainsi que l’observation de nombreuses maladies liées à l’âge de même nature (cancer, maladies métaboliques, arthrose, maladies neurodégénératives…).

Il partage complètement l’environnement de ses maitres (air, eau, aliments, exposition aux contaminants potentiels…), et très souvent leur mode de vie (actif ou sédentaire). Un atout supplémentaire du modèle canin est son vieillissement rapide puisque sa longévité moyenne est bien moindre celle de ses propriétaires et est très variable selon les races considérées.

Enfin, le niveau scientifique et technologique de la médecine vétérinaire permet d’évaluer les paramètres biologiques et physiques des chiens de façon quasi identique à celle de l’homme (examen physique et clinique, analyses de sang et d’urine, imagerie médicale, tests fonctionnels…).

La cohorte canine s’étendra de l’âge adulte jusqu’à l’animal âgé sans limite d’âge. Elle sera recrutée, cliniquement explorée et suivie de façon la plus similaire possible à la cohorte de recherche translationnelle humaine, pour permettre de générer une large plateforme de bio ressources et de données canines, miroir de la plateforme humaine.

Les études réalisées auront pour objectifs de :

  • Identifier des marqueurs du vieillissement biologique et des marqueurs des maladies liées à l’âge ou de la fragilité des individus pertinents chez le chien et transposables à l’homme,
  • Comprendre les mécanismes et déterminismes du vieillissement biologique.
Retour en haut de page

Cohorte de soin « ICOPE Care » (cohorte C)

Publié le 04/03/2020 à 18h36 (mis à jour le 25/05/2020 à 17h00)

Le Gérontopôle de Toulouse, Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé, implémente le programme ICOPE dans la région Occitanie avec l’objectif d’évaluer 200 000 séniors d’ici 5 ans et de promouvoir le vieillissement en bonne santé.

Limiter le nombre de personnes âgées dépendantes dans les années à venir est l’un des défis économiques et humains de nos sociétés. Pour répondre à ce besoin, l’Organisation Mondiale de la Santé a élaboré le programme ICOPE (Soins Intégrés pour les Personnes Âgées). Ce programme de santé publique est essentiellement destiné aux personnes de 60 ans et plus. Il implique le soutien et la participation des professionnels des secteurs sanitaire, médicosocial et social ainsi que des décideurs pour sa mise en œuvre. L’Équipe Régionale Vieillissement et Prévention de la Dépendance (ERVPD) du Gérontopôle de Toulouse, avec le soutien de l’ARS Occitanie, implémente le programme ICOPE en Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée à travers la cohorte ICOPE CARE, dans le cadre du projet INSPIRE. L’objectif est d’évaluer, de prendre en charge et d’assurer le suivi d’environ 200 000 seniors dans la région à l’horizon 2025.

L’OMS a identifié 6 fonctions primordiales pour un vieillissement en bonne santé : mobilité, mémoire, nutrition, état psychologique, vision, audition et propose un outil de dépistage (Step1) des sujets à risque de perte d’autonomie. L’utilisation de cet outil est facilitée par une application ICOPE MONITOR (dérivée de l’application ICOPE de l’OMS, lancée le 1er octobre 2019 et accessible via smartphone ou tablette) et un robot conversationnel BOTFRAIL (accessible sur moteur de recherche internet d’un ordinateur, smartphone ou tablette). Ces deux outils vont permettre le suivi des différentes cohortes humaines du projet INSPIRE (recherche, soins et digitale).

Dépister les sujets à risque de perte d’autonomie

L’application ICOPE MONITOR et le BOTFRAIL sont utilisables par les professionnels de santé mais aussi toute personne formée à leur utilisation (y compris une personne autonome en auto-évaluation). L’application ICOPE MONITOR est téléchargeable sur App Store et Google Play.

Les données saisies dans l’application ICOPE MONITOR et dans BOTFRAIL sont directement transférées dans une base de données sécurisée. En cas d’altération d’une ou plusieurs fonctions, une alerte est générée par la base de données. La gestion et le traitement de ces alertes sont réalisés par le centre de télé-suivi ICOPE du Gérontopôle en lien avec les soignants de premiers recours (médecins traitant et infirmiers).

Si l’alerte est confirmée, le médecin traitant sera contacté afin de déclencher les actions nécessaires au maintien de l’autonomie selon le programme ICOPE de l’OMS de l’OMS. Il pourra notamment :

  • Proposer au patient une évaluation globale ou le Step 2 qui pourra être réalisée par une infirmière du protocole de coopération.
  • S’appuyer sur la téléconsultation ou la télé-expertise quand un avis gériatrique ou spécialisé est nécessaire.

Ressources utiles sur ICOPE

Retour en haut de page

Cohorte 100% digitale (cohorte D)

Publié le 04/03/2020 à 18h46 (mis à jour le 29/04/2020 à 10h36)

Dans le cadre de la plateforme INSPIRE, une cohorte digitale sera mise en place pour les personnes autonomes souhaitant s’auto-évaluer :

  • En réalisant initialement, puis tous les ans, une évaluation approfondie qui leur sera proposée sur le site internet de la plateforme INSPIRE (partie dédiée à cette e-cohorte) grâce à des questionnaires en ligne.
  • En parallèle, tous les quatre mois, le patient devra s’auto-évaluer, sur l’application ICOPE MONITOR pour son suivi. En cas d’alerte de déclin sur une des fonctions, comme dans le cohorte ICOPE Care, une alerte sera générée aux professionnels de santé encadrant la personne et renseigné(s) par l’utilisateur lors de son inscription.
Retour en haut de page