Cohortes de recherche animale (cohortes A)

Publié le 04/03/2020 à 18h21 (mis à jour le 04/03/2020 à 18h47)

Cohorte souris

Cette cohorte de recherche animale murine est hébergée à l’Institut des maladies métaboliques et cardiovasculaires (I2MC – Inserm / UMR 1048), sous la responsabilité du Pr Angelo Parini. Elle se veut une cohorte miroir de la cohorte humaine afin de pouvoir mettre en perspectives les résultats de recherche translationnelle trouvés chez l’homme et vice-versa, sur des modèles d’animaux vieillissants et aux conditions de vie à risque comme chez l’humain (sédentarité, régime alimentaire hyper lipidique).

Les objectifs principaux de la cohorte animale sont :

  • Déterminer l’évolution dans le temps de la fragilité / d’un vieillissement accéléré induits par des facteurs de risqué précis (sédentarité, inactivité, surpoids et obésité).
  • Corréler la fragilité fonctionnelle aux marqueurs du vieillissement / de la sénescence
  • Identifier de nouveaux marqueurs biologiques et cibles pharmacologiques pour prévenir et traiter la fragilité ou un vieillissement accéléré.

A cet effet, il a été décidé de travailler sur des cohortes humaines et animales relativement jeunes, mais cumulant plusieurs facteurs de risque de la fragilité / d’un vieillissement accéléré tels que la sédentarité, le surpoids et l’obésité.

Par extrapolation, on peut considérer que cette cohorte animale correspondrait à une population humaine d’individus âgés de 30 à 70 ans.

Cohorte poisson

Parallèlement au modèle murin, le projet INSPIRE s’appuiera également sur l’utilisation d’un modèle de poisson, également hébergé à l’I2MC et encadré par Cédric Dray et Jean-Philippe Pradère, présentant un vieillissement accéléré.

Le Nothobranchuis Furzeri, plus communément appelé African Kilifish, est un des vertébrés présentant la durée de vie la plus courte. De par son mode de reproduction rapide du aux conditions environnementales, cet animal développe un vieillissement accéléré (4 à 6 mois) de tous ses organes, comparable à celui observé chez l’homme. Cette caractéristique fait de ce poisson un modèle d’étude essentiel afin de déterminer et de valider de nouvelles hypothèses dans le cadre du projet INSPIRE.

Ainsi, grâce à des expériences de pratique de l’exercice physique, de mise à jeun et réalimentation ou encore de chalenge nutritionnel ciblé, l’African Kilifish permettra, en peu de temps, de reproduire les différents stress ciblés par le projet INSPIRE. Ces animaux seront phénotypés afin de mieux appréhender leurs capacités locomotrices et cognitives (videotracking) mais également de connaitre la participation au vieillissement accéléré des mécanismes isolés chez l’homme, en matière de métabolisme et de capacités immunes et régénératrices.

Cohorte chien

Enfin, la cohorte canine est quant à elle hébergée à l’École nationale vétérinaire de Toulouse, sous la responsabilité du Pr Isabelle Raymond Letron, et en association avec STROMALab qui en a eu l’initiative, sous l’impulsion du Pr Louis Casteilla.

L’originalité de la cohorte canine réside dans sa complémentarité et sa synergie avec :

  • la cohorte de recherche translationnelle humaine d’une part,
  • les cohortes de modèles animaux (souris et poissons) d’autre part.

En effet, le chien est un animal dont la physiologie est proche de l’homme et qui présente un vieillissement comparable. De nombreux signes physiques et comportementaux du vieillissement se retrouvent chez l’homme et le chien, ainsi que l’observation de nombreuses maladies liées à l’âge de même nature (cancer, maladies métaboliques, arthrose, maladies neurodégénératives…).

Il partage complètement l’environnement de ses maitres (air, eau, aliments, exposition aux contaminants potentiels…), et très souvent leur mode de vie (actif ou sédentaire). Un atout supplémentaire du modèle canin est son vieillissement rapide puisque sa longévité moyenne est bien moindre celle de ses propriétaires et est très variable selon les races considérées.

Enfin, le niveau scientifique et technologique de la médecine vétérinaire permet d’évaluer les paramètres biologiques et physiques des chiens de façon quasi identique à celle de l’homme (examen physique et clinique, analyses de sang et d’urine, imagerie médicale, tests fonctionnels…).

La cohorte canine s’étendra de l’âge adulte jusqu’à l’animal âgé sans limite d’âge. Elle sera recrutée, cliniquement explorée et suivie de façon la plus similaire possible à la cohorte de recherche translationnelle humaine, pour permettre de générer une large plateforme de bio ressources et de données canines, miroir de la plateforme humaine.

Les études réalisées auront pour objectifs de :

  • Identifier des marqueurs du vieillissement biologique et des marqueurs des maladies liées à l’âge ou de la fragilité des individus pertinents chez le chien et transposables à l’homme,
  • Comprendre les mécanismes et déterminismes du vieillissement biologique.