Les hôpitaux au XIXe siècle

Publié le 23/09/2004 à 18h09 (mis à jour le 27/11/2006 à 16h55)

  • 1801 : La création de la Société de médecine, chirurgie et pharmacie de Toulouse permet de suppléer aux graves carences d’enseignement et de soins laissées par la tourmente révolutionnaire.
  • 1804 : Les Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul seront pendant plus d’un siècle le symbole incontournable des soins infirmiers... Ce siècle sera aussi le temps d’une médecine
    partagée entre les « officiers de santé » et les « docteurs en médecine » titulaires d’une thèse.
  • 1845 : À La Grave, les travaux de la nouvelle chapelle commencés en 1758 sont enfin achevés.
  • 1847 : La première anesthésie générale est faite à l’Hôtel-Dieu sur un enfant de quatre ans atteint d’une lithiase urinaire.
  • 1858 : Ouverture de l’hôpital psychiatrique de Braqueville, futur hôpital Marchant.
    1860 - Travaux de surélévation d’une partie de l’aile Garonne de l’Hôtel-Dieu (salle des Pèlerins et chapelle).
  • 1875 : Le 23 juin, une violente crue de la Garonne fait 207 morts dans le quartier Saint-Cyprien. Les rez-de-chaussée de l’Hôtel-Dieu et de La Grave sont sérieusement endommagés
    mais les malades heureusement épargnés.
  • 1878 : Réouverture de la faculté de médecine.
    de 1875 à 1900 - La fin du siècle est marquée par le développement de l’hygiène hospitalière, les découvertes de Pasteur, les applications médicales de l’électricité et des rayons X (Roentgen, 1895).