autres ouvrages

Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, patrimoine de l’humanité

Publié le 10/01/2019 à 11h25 (mis à jour le 14/01/2019 à 09h56)

A l’occasion du 20e anniversaire de l’inscription des « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco, les Editions Gelbart poursuivent leur travail sur le patrimoine mondial et s’associent à l’Agence des chemins de Compostelle pour publier un ouvrage de référence consacré à ce bien culturel exceptionnel.

Accessible au grand public, diffusé à l’échelle nationale, ce beau-livre est le premier du genre sur le sujet. Riche de nombreuses photographies réalisées par Jean-Jacques Gelbart, il présente l’histoire des chemins de Compostelle, chaque monument et tronçon de sentier composant cette collection.

Les textes ont été rédigés par des conservateurs ou animateurs du patrimoine, des historiens, des historiens de l’art, des spécialistes du paysage, membres pour certains du conseil scientifique du bien, sous la direction de l’Agence des chemins de Compostelle avec l’appui d’un comité éditorial.

Contenu :

  • Une brève histoire du pèlerinage à Compostelle
  • Saints et reliques sur les chemins français de Compostelle
  • Les chemins se Saint-Jacques, un patrimoine intemporel et universel
  • Un bien d’une valeur universelle exceptionnelle
  • Un bien du patrimoine mondial de l’UNESCO
  • Carte
  • 71 édifices : cathédrales, églises, abbayes, ponts, porte, anciens hôpitaux,
  • 7 sections de la Via Podiensis (voie du Puy en Velay, GR®65),
    dans 10 régions, 32 départements, 95 communes.

« Tout au long du Moyen Âge, Saint-Jacques-de-Compostelle
fut une destination majeure pour d’innombrables pèlerins de toute l’Europe.
Pour atteindre l’Espagne, les pèlerins traversaient la France.
Quatre voies symboliques partant de Paris, de Vézelay, du Puy et d’Arles
et menant à la traversée des Pyrénées résument les itinéraires
innombrables empruntés par les voyageurs. Églises de pèlerinage
ou simples sanctuaires, hôpitaux, ponts, croix de chemin jalonnent
ces voies et témoignent des aspects spirituels et matériels du pèlerinage.
Exercice spirituel et manifestation de la foi, le pèlerinage a aussi
touché le monde profane en jouant un rôle décisif dans la naissance
et la circulation des idées et des arts. »

Le 2 décembre 1998, l’UNESCO inscrivait les « Chemins de
Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la Liste du patrimoine mondial
leur reconnaissant ainsi une valeur universelle exceptionnelle.
71 monuments (cathédrales, églises, hôpitaux, ponts...)
et 7 sections de sentier ont été sélectionnés comme témoignages et évocations
des routes de pèlerinage. Ils illustrent les dévotions à saint Jacques,
celles à d’autres saints, ainsi que les conditions physiques et matérielles du voyage.
Cet ensemble constitue une des plus belles collections patrimoniales en France.

Format : 24 X 32 cm à la française
Nombre de pages : 208 pages
Nombre de photos : environ 250 illustrations couleur
Prix public : 38 € TTC
Sortie : automne 2018

Retour en haut de page

Patrimoine Hospitalier

Publié le 18/09/2018 à 12h55 (mis à jour le 18/09/2018 à 12h58)

En portant un regard appuyé sur le devenir des bâtiments hospitaliers, cet ouvrage choisit de privilégier une approche dynamique d’un patrimoine en perpétuelle évolution.
Au travers d’une trentaine de monographies largement illustrées, il inscrit l’hôpital dans sa relation au monde social, politique, médical et économique. Dans un large tour de France, mêlant des présentations d’hôpitaux en activité et de bâtiments réaffectés, il invite le lecteur à prendre conscience de la fragilité d’un patrimoine peu connu, de plus en plus menacé, qui peine à se moderniser.

Accueillir, maîtriser, soigner sont les trois fonctions majeures et permanentes de l’hôpital qui entretient des relations paradoxales avec la ville qui l’accueille ou le tolère. Plus ou moins développées selon les périodes de l’histoire, elles traduisent avant tout le regard d’une société sur sa propre marginalité. Maladrerie, hospice, hôtel-Dieu, charité, hôpital général, asile, lazaret, clinique, sanatorium, centre hélio-marin ou centre hospitalier, tous ces lieux portent en eux la fonction vitale de l’hôpital. Mais le patrimoine hospitalier, vieilli, se reconvertit difficilement. La spécificité des sites, la diversité des activités et les coûts des équipements en sont souvent la cause.

Après l’abandon des hôpitaux médiévaux, la transformation des hôpitaux généraux pointe désormais la disparition des hôpitaux pavillonnaires. Que faire alors d’un patrimoine de qualité qui ne remplit plus ses fonctions ? Le reconvertir à des fins publiques, le remettre sur le marché, ou le démolir et reconstruire la ville sur elle-même ? Longtemps utilisé, tout autant oublié ou rejeté, le patrimoine hospitalier connaît aujourd’hui un regain d’intérêt ; sa qualité, son histoire, sa forte charge symbolique obligent à dépasser une évocation nostalgique pour tenter de démontrer qu’il est désormais un acteur privilégié du monde moderne.

Anne Pétillot est architecte-voyer de la ville de Paris. Dans le cadre de ses fonctions à la Direction du Patrimoine et de la Logistique de l’AP-HP de 1998 à 2002, elle a contribué au programme européen sur le devenir du patrimoine hospitalier PAPHE. Elle a dirigé la publication de l’ouvrage Patrimoine hospitalier européen, chez Monum - Éditions du Patrimoine.

Georges Fessy est photographe d’architecture, il travaille avec de nombreux architectes tels que Dominique Perrault, Henri Gaudin, Jean Nouvel. Il s’est fait aussi une spécialité dans les photographies d’objets d’art. Il a collaboré à plusieurs ouvrages dont Patrimoine militaire, Patrimoine industriel, Vaux-le-Vicomte, Fontainebleau et Chantilly, aux Éditions Scala.

Relié : 335 pages
Editeur : Nouvelles éditions Scala (21 octobre 2004)
Collection : Patrimoine
Langue : Français
ISBN-10 : 2866563492
ISBN-13 : 978-2866563493
Dimensions : 30 x 3 x 24 cm

Retour en haut de page