La Cité de la santé renforcée par son projet médical à horizon 2022

Publié le 02/07/2019 à 11h18 (mis à jour le 02/07/2019 à 15h38)

Dans le cadre du projet d’établissement 2018-2022 du CHU de Toulouse, les activités de la Cité de la santé font l’objet d’une démarche volontariste ayant vocation à renforcer la prise en charge de ceux qui en ont le plus besoin. Ainsi, l’offre de soins sera constamment améliorée, notamment en terme de dépistage et de prévention, et ce en lien avec la médecine de ville, les associations et l’ensemble des partenaires de l’institution.

Le centre de santé sexuelle, la permanence d’accès aux soins de santé (PASS) et les activités du Gérontopôle vont notamment connaitre des évolutions.

Centre de santé sexuelle

Le centre de santé sexuelle (CSS) du CHU de Toulouse propose diverses consultations, essentiellement en matière d’information, de dépistage et de diagnostic des maladies et infections sexuellement transmissibles (MST-IST) par le biais de son CeGIDD (Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic).


Salle d’attente du centre de santé sexuelle dans la Cité de la santé

Les médecins du CeGIDD cherchent à promouvoir une approche holistique en matière de santé sexuelle, une méthode dont l’efficacité en santé publique a été démontrée dans de nombreuses études. Plusieurs actions vont se mettre en place dans les mois et les années à venir, parmi lesquelles :

  • le renforcement de la visibilité du CSS hors des murs du CHU, grâce à une forte communication auprès des partenaires internes et externes ;
  • une prise en charge « point of care » qui permet une seule venue sur le site au lieu de deux, grâce au développement des tests rapides et de la biologie délocalisée qui permet la remise des résultats au cours de la même visite ;
  • la mise en place d’un accueil du premier recours sur le site, par la dédramatisation, la non stigmatisation et la facilitation de la venue des populations, en particulier les plus vulnérables ;
  • un parcours patient de deuxième recours comprenant des activités connexes à maintenir dans la même unité fonctionnelle pour délivrer des avis ou des prises en charge rapides et coordonnées dans l’intérêt du parcours patient (dermato-vénéréologie pour IST complexes et pathologie génitale, suivi VIH, VHB, VHC, contraception, premier entretien IVG, sexologie et psychologie) ;
  • un projet de e-santé reposant sur un site internet dédié qui délivrera des informations sur la santé sexuelle globale, proposera un questionnaire d’évaluation des besoins patients en ligne, la possibilité de prendre rendez-vous en ligne et la priorisation des patients selon urgence, un rendu des résultats par SMS, une déclaration en ligne aux partenaires …

Permanence d’accès aux soins de santé (PASS)

La PASS est un lieu d’accueil, d’écoute, de soins, d’accompagnement médico-psycho-social pour des personnes en situation de précarité en difficulté d’accès à la santé. A la croisée du médical et du social, elle constitue une porte d’entrée dans l’hôpital pour des soins, examens et traitements ambulatoires sans frais. Elle permet également aux personnes un accès aux droits notamment en terme de protection maladie.

Ce service fait partie du dispositif de médecine sociale du CHU aux côtés de la PASS mobile et des lits Halte soins de santé également sur le site de l’hôpital La Grave. La prise en charge s’effectue au sein d’un réseau de partenaires internes, mais aussi externes au CHU, en lien étroit avec la ville.

Une nouvelle impulsion va être donnée afin de proposer une meilleure coordination générale au bénéfice des plus fragiles. Parmi les axes de développement, on retrouve :

  • la volonté de mieux repérer les personnes en situation de précarité au sein de l’établissement quel que soit leur mode d’entrée dans l’hôpital ;
  • la volonté de mettre en cohérence les structures de médecine sociale présentes au sein de la Cité de santé par l’élaboration d’un projet médical, soignant et social coordonné entre les différents services afin de fluidifier le parcours des patients…
  • le déploiement d’actions « hors les murs » pour « aller vers » les plus démunis
  • la possibilité de faire appel au service civil pour les médicaux et paramédicaux qui pourraient participer à certaines actions de préventions ;
  • la mise en œuvre d’actions de dépistage organisées avec les partenaires disposant de l’expertise requise, à savoir le centre de santé sexuelle pour les infections sexuellement transmissibles, le centre de lutte antituberculeuse, le réseau Diamip

Gérontopôle du CHU de Toulouse

Le Gérontopôle du CHU de Toulouse, centre collaborateur de l’OMS, installe une partie de son activité à la Cité de la santé tout en diversifiant son offre de soin ambulatoire.

L’objectif est de développer la filière « prévention » et « le maintien en santé des séniors » dans les différents domaines en s’appuyant sur les structures de consultation et d’hospitalisation de jour (fragilités et de prévention de la dépendance ; mémoire).

La continuité des différentes actions ainsi entreprises est assurée par l’équipe régionale vieillissement et prévention de la dépendance en lien avec les professionnels de proximité sur bientôt l’ensemble de la région Occitanie. Ainsi, les séniors d’Occitanie pourront avoir accès à cette expertise et en particulier à la recherche clinique (pharmacologique ou non pharmacologique) proposée par l’unité d’investigation clinique du Gérontopôle.