Nouvel appel à volontaires : étude TABAGERM

Publié le 04/05/2021 à 09h30 (mis à jour le 04/05/2021 à 09h56)

Quel fumeur n’a pas un jour lu sur son paquet de cigarettes le message de santé publique qui lui explique que « fumer peut nuire aux spermatozoïdes et réduit la fertilité » ?

Mais est-ce que "arrêter" peut redonner de la vigueur à sa fertilité ?

C’est tout le sens de l’étude lancée par le CHU de Toulouse baptisée « Tabagerm » qui va consister à suivre 20 volontaires, âgés de 18 à 45 ans, prêts à arrêter le tabac pour la science.

« Aujourd’hui, nous savons que le tabac a un impact sur la fertilité, que ce soit au niveau de la qualité des spermatozoïdes, leur quantité, leur mobilité et même l’ADN spermatique. Ce que nous ne savons pas, c’est si c’est réversible et au bout de combien de temps », explique le docteur Jessika Moreau, biologiste au service médecine de reproduction de l’hôpital Paule-de-Viguier.

Critères de sélection des volontaires pour cette étude :

  • être un homme âgé entre 18 et 45 ans
  • fumant au moins 15 cigarettes industrielles par jour
  • n’avoir jamais consulté l’Unité d’Aide au Sevrage Tabagique
  • ne pas avoir d’autres co-addictions (notamment alcool, cannabis ou autres)
  • affilié à un régime de sécurité sociale

Si vous êtes intéressé vous pouvez nous contacter au :