L’anesthésie

L’anesthésie est un ensemble de techniques qui permet la réalisation d’un acte chirurgical, obstétrical ou médical (endoscopie, radiologie,….), en supprimant ou en atténuant la douleur pendant et après l’intervention dans des conditions optimales de sécurité.

En particulier, l’anesthésie générale est une forme d’anesthésie où l’état du patient est comparable au sommeil. Elle est produite par l’injection de médicaments, et/ou par la respiration de vapeurs anesthésiques.

La consultation d’anesthésie

Publié le 24/05/2019 à 18h00 (mis à jour le 24/05/2019 à 18h02)

Toute anesthésie générale réalisée pour un acte non urgent, nécessite une consultation plusieurs jours à l’avance et une visite pré-anesthésique.

La consultation d’anesthésie est effectuée par un médecin anesthésiste-réanimateur. Au cours de cette consultation et de la visite pré-anesthésique, vous serez informé·e· des différentes techniques d’anesthésie possibles et adaptées à votre cas. Vous pourrez poser toutes les questions que vous jugerez utiles à votre information.

A cette occasion, vous serez amené·e· à exprimer vos préférences. Le médecin qui pratiquera l’anesthésie ne sera pas forcément celui que vous aurez vu en consultation. Il disposera de votre dossier médical et en cas de nécessité, pourra choisir de modifier la technique prévue.

Retour en haut de page

La surveillance pendant et après l’anesthésie

Publié le 24/05/2019 à 18h12 (mis à jour le 24/05/2019 à 18h16)

L’anesthésie se déroule dans une salle équipée d’un matériel adéquat, adapté à votre cas et vérifié avant chaque utilisation.

En fin d’intervention, vous serez surveillé(e) de manière continue dans une salle de surveillance post-interventionnelle. Durant l’anesthésie et votre passage en salle de surveillance post-interventionnelle, vous serez pris(e) en charge par une équipe de professionnels, placée sous la responsabilité d’un médecin anesthésiste-réanimateur.

Retour en haut de page

Les risques de l’anesthésie

Publié le 24/05/2019 à 18h16

Tout acte médical, même conduit avec compétence et dans le respect des données acquises de la science, comporte un risque.

Les conditions actuelles de surveillance de l’anesthésie et de la période du réveil, permettent de dépister rapidement la survenue d’anomalies et de les traiter. Aussi, les complications graves de l’anesthésie, qu’elles soient cardiaques, respiratoires, neurologiques, allergiques ou infectieuses, sont devenues très rares.

En dehors des complications graves, l’anesthésie et la chirurgie sont parfois suivies de symptômes désagréables.

Retour en haut de page

Les éventuels symptômes post-anesthésiques

Publié le 24/05/2019 à 17h56 (mis à jour le 24/05/2019 à 18h14)

Après une anesthésie générale, des nausées et des vomissements peuvent survenir au réveil. Une rougeur douloureuse au niveau de la veine dans laquelle les produits ont été injectés peut s’observer. L’introduction d’un tube dans la trachée (intubation) ou dans la gorge (masque laryngé) pour assurer la respiration pendant l’anesthésie peut provoquer des maux de gorge ou un enrouement au décours de l’intervention. Des traumatismes dentaires sont également possibles. C’est pourquoi, il est important de signaler toute prothèse ou toute fragilité dentaire particulière.

La position prolongée sur la table d’opération peut entraîner des compressions, notamment de certains nerfs, ce qui peut provoquer un engourdissement ou, exceptionnellement, la paralysie d’un bras ou d’une jambe. Après l’anesthésie générale, des souvenirs de la période opératoire peuvent subsister. Des troubles de la mémoire ou une baisse des facultés de concentration peuvent survenir dans les heures qui suivent l’anesthésie.

Tous les symptômes précédemment cités sont habituellement passagers et leur persistance doit vous inciter à consulter. Les accidents liés au passage de vomissements dans les poumons sont très rares si les consignes de jeûne sont bien respectées. Des complications imprévisibles comportant un risque vital comme une allergie grave, un arrêt cardiaque ou une asphyxie, sont extrêmement rares.

Retour en haut de page