Les rencontres culturelles du Gérontopôle

Publié le 21/06/2018 à 18h59 (mis à jour le 01/10/2018 à 18h58)


L’innovation au service de la santé (kakémono)
Aujourd’hui, le Gérontopôle répond à la politique actuelle centrée sur la prévention en proposant des actions pour maintenir la mobilité et la mémoire et agir sur le plus grand nombre et pas simplement sur les patients qui sont déjà à un stade sévère.

L’un des grands défis de notre époque est de vieillir en bonne santé. Ceci nécessite de maintenir des réserves physiques et cognitives importantes, qui en principe, commencent à décliner dès l’âge de 50 ans.

Il faut maintenir ses réserves et prévenir la perte des fonctions qui accompagnent l’avance en âge et qui s’accélèrent avec l’apparition de pathologies pouvant aboutir à la fragilité puis à la dépendance.

Dans le cadre de sa démarche de promotion de la santé tournée vers les seniors, le Gérontopôle, doté d’un service culturel ambitieux, organise une série de rencontres culturelles (concerts, spectacles, stands de prévention et de l’innovation) tout au long de l’année.

Quelques exemples

  • 31 mai 2017 : trio polyphonique occitan Cocanha à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, à Toulouse,
  • 16 octobre 2017 : récital « l’amour à l’opéra » avec la soprano Anaïs Constans, le tenor Pierre-Emmanuel Roubet et le pianiste Cyril Kubler à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, à Toulouse.
  • 7 juin 2018 : concert avec Nous Garo à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, à Toulouse.
  • 12 novembre 2018 : « Opéra et Jazz Yiddish », avec Anaïs Constans, soprano accompagnée au piano par Cyril Kubler, puis l’Artichaut Klezmer Trio.