Reconstruction microchirurgicale

Publié le 16/12/2020 à 17h04

Lors d’une reconstruction mammaire microchirurgicale, certains tissus comme ceux de la partie inférieure de l’abdomen située sous l’ombilic (DIEP), ou ceux situés à la partie haute et interne de la cuisse (Gracilis et PAP) peuvent être utilisés.

Ces tissus ou lambeaux sont alors prélevés avec leurs vaisseaux et positionnés sur le thorax pour reconstruire le sein.

DIEP

Le principe de la reconstruction mammaire DIEP est d’utiliser l’excès de peau et de graisse sous ombilical qui va être prélevé sous la forme d’un fuseau horizontal avec ses vaisseaux, sans prélèvement du muscle grand droit (muscle abdominal antérieur et vertical) pour être rebranché au niveau de la région thoracique par microchirurgie. Ce lambeau cutanéo-graisseux va ensuite être modelé pour reconstruire le sein.

Cette technique peut être proposée chez les patientes ayant un ventre qui s’y prête (excès de tissus sous ombilical et suffisamment de laxité pour pouvoir fermer le ventre avec une cicatrice basse et dissimulable dans les sous-vêtements). Cette cicatrice occupe toute la largeur de l’abdomen.

Gracilis et PAP

Gracilis (aussi appelé TUG ou TMG) et PAP sont deux techniques de reconstructions mammaires qui ont en commun le fuseau cutané prélevé transversalement à la partie haute de la face interne de la cuisse.

La cicatrice de ces deux lambeaux est globalement située au même endroit, c’est à dire devant au niveau du pli de l’aine (dans sa partie interne), et derrière au niveau du pli sous la fesse.

Les patientes candidates doivent avoir un excès cutanéo-graisseux et une laxité cutanée compatibles avec le prélèvement de ce type de lambeau, cela sera apprécié par l’examen clinique à la consultation chirurgicale pré-opératoire.