Reconstruction par prothèse

Publié le 16/12/2020 à 17h04 (mis à jour le 25/01/2021 à 11h37)

Une reconstruction mammaire par prothèse permet d’obtenir un résultat satisfaisant en termes de volume et de forme, notamment pour les poitrines de faibles volumes et peu ptosés (« tombants »). Toutefois, les sensations sont très différentes, avec une poitrine beaucoup plus ferme voire dure, figée, notamment si une radiothérapie a dû être nécessaire.

La plupart du temps, une étape préalable par prothèse d’expansion est nécessaire lorsqu’il y a eu une irradiation. Les prothèses d’expansion positionnées derrière le muscle pectoral permettent d’étirer progressivement le muscle pectoral, le muscle dentelé ou son fascia, et la peau. Elles sont ensuite gonflées progressivement à travers une valve, qui peut être intégrée ou décalée par rapport à la prothèse. Les injections au sérum physiologique se font toutes les 2 à 3 semaines environ jusqu’au volume souhaité. Ces prothèses ne sont que transitoires. Une nouvelle intervention chirurgicale sera nécessaire pour la remplacer par une prothèse définitive.