Fœtoscopie

Publié le 05/09/2019 à 19h29 (mis à jour le 19/09/2019 à 16h09)

La fœtoscopie consiste a introduire dans la cavité amniotique à travers la paroi abdominale de la patiente une caméra (de 3 mm de diamètre) équipée d’instruments (fibre laser) permettant de visualiser le(s) fœtus et le placenta.

Cette intervention peut se réaliser au plus tôt à partir de 15 SA :

  • soit sous anesthésie locale sous cutanée ;
  • soit sous anesthésie locorégionale (péridurale ou rachianesthésie).

Sa durée varie entre 15 et 45 minutes.

L’indication principale d’une fœtoscopie est le traitement du Syndrome Transfuseur Transfusé (STT) : complication des grossesses gémellaires monochoriales [1].

Les autres indications sont :

  • l’interruption sélective de grossesse en cas de grossesse multiple monochoriale avec un fœtus dont le pronostic est engagé ;
  • la section de brides amniotiques (fils de membrane amniotique qui s’accolent aux membres du fœtus et peuvent être responsables d’amputation de membre par phénomènes compressifs lors de la croissance du fœtus) sur grossesse simple ou gémellaire.

Une hospitalisation de 48h à 72h minimum est indiquée.

Les risques d’une fœtoscopie sont principalement :

  • une fausse couche ou induction du travail : 10 % des cas ;
  • une rupture de la poche des eaux : 20 à 25 % des cas.

En l’absence de traitement, le STT est responsable de plus de 90% de décès fœtal ou néonatal, ainsi que de lésions neurologiques. La fœtoscopie pour photocoagulation sélective au laser des vaisseaux anastomotiques est le seul traitement du STT qui existe aujourd’hui et qui a démontré son efficacité. Elle permet un taux global de plus de 85% de survie d’au moins un enfant avec moins de 10% de séquelles neurologiques.

[1Voir l’article Deux types de grossesse multiple.