L’Hôpital Public prend possession des locaux de Purpan

Publié le 13/09/2004 à 11h38 (mis à jour le 08/10/2019 à 08h47)

Le 1er février 1946, 432 militaires français étaient encore hospitalisés à Purpan lorsque celui-ci est ouvert au public ; les premiers transferts des services de l’Hôtel-Dieu commencent le lendemain et s’échelonnent sur 2 ans. Le premier service qui arrive à Purpan est celui des tuberculeux avec 67 malades. Le 22 février, la médecine militaire est évacuée de Purpan ; le 30 mars les derniers hospitalisés militaires quittent les lieux.
Le 1er avril on comptait 429 malades mais petit à petit, les 939 lits sont occupés. L’installation progressive des services pour les trois hôpitaux s’échelonne jusqu’en 1950.
L’Hôpital suburbain de Purpan s’étendait alors sur 22 hectares et son aspect champêtre tel que l’avait voulu l’architecte Guitard a duré jusqu’en 1960.
En novembre 1951, le centre Régional de Transfusion Sanguine est ouvert à Purpan ; c’est également à cette date qu’un service scolaire pour les enfants hospitalisés de Purpan est installé. Celui-ci prend place au fur et à mesure des années dans les services de Chirurgie, Médecine et Médico-psychologie.

L’année 1958 voit la naissance du CHU (centre Hospitalier Universitaire) : l’union par convention des grands hôpitaux publics et des facultés de médecine avec mise en commun des moyens humains et matériels. Hospitalisation, Enseignement et Recherche sont devenus les trois missions de l’Hôpital public.
Le 3 février 1958, première opération à cœur ouvert réalisée à Toulouse chez une enfant de huit ans.

A partir de 1960, l’Hôpital Purpan a vu son harmonie architecturale se transformer avec la construction de nouveaux bâtiments indispensables pour assumer l’évolution croissante dans tous les domaines des techniques de soins et d’exploration...