Histoire de l’Hôpital Garonne

Le CHU de Toulouse s’adapte aux nouvelles données sociétales en matière d’augmentation de l’espérance de vie et de lutte contre les maladies liées au vieillissement. Cet objectif d’amélioration de la prise en charge de la personne âgée dépendante est concrétisé par un regroupement de l’activité gériatrique dans la création d’un Gérontopôle. En ce sens, une seconde page de l’histoire des soins de l’Hôpital Saint-Joseph de la Grave se tourne : après la maternité en 2003, c’est la gériatrie qui va quitter le centre historique des Hôpitaux de Toulouse pour un nouvel établissement.

Dernier-né des établissements du CHU de Toulouse, l’Hôpital Garonne est situé dans le quartier d’Ancely près de l’Hôpital Purpan. Equipé de 180 lits (160 lit de long séjour et 20 lits de moyen séjour) il accueille les unités de soins longue durée et de soins de suite et de réadaptation du CHU de Toulouse anciennement installés aux hôpitaux de La Grave et de Purpan. Issu des grands chantiers en cours sur les cinq sites du CHU de Toulouse, ce nouvel établissement regroupant toute l’activité gériatrique des Hôpitaux de Toulouse est livré à la fin de l’année 2009.

2010, février, la secrétaire d’Etat aux Aînés, Nora Berra est accueillie à l’Hôpital Garonne par le professeur Bruno Vellas.
Le 24 mars, les premiers malades des unités de soins de suite et de réadaptation (auparavant installés au pavillon Sénac de l’Hôpital Purpan) sont accueillis à l’Hôpital Garonne. Le 15 mai, ce sont les patients des services de La Grave qui sont à leur tour transférés.

L’hospitalisation à La Grave existait depuis 1197 !

Chaque unité de soins porte le nom d’un quartier toulousain selon le choix des équipes de gériatrie : les services Sainte Marie, Sainte Germaine, Saint Joseph ou encore Sainte Rose de la Grave ont laissé la place à « la Roseraie », « Jolimont », « Capitole », « les Carmes », « les Minimes », « le Busca », « la Dalbade » et « Jean-Jaurès ».