Définition du multidomaine

Qu’est-ce que le multidomaine ?

Publié le 02/08/2017 à 12h22

On appelle « intervention multidomaine » l’ensemble d’activités réalisées régulièrement et destinées à améliorer ou maintenir les différentes capacités de l’organisme, principalement, les fonctions physiques et cognitives. L’exemple d’intervention multidomaine le plus répandu, et scientifiquement reconnu, est sans doute la pratique régulière d’exercices physiques (par exemple, une marche active) associée à une alimentation variée et équilibrée, adaptée selon le besoin de chaque personne.

Bien que des activités qui stimulent la cognition aient toujours fait partie du quotidien de la plupart des individus, ces activités n’ont attiré l’attention de la communauté scientifique, de façon sérieuse, que plus récemment. Des exemples de ce genre d’activité sont multiples et nous pouvons citer : la lecture, l’écriture, l’utilisation d’un ordinateur ou encore les jeux du type sudoku / mots fléchés.

Ainsi, actuellement, on considère que la pratique régulière d’un exercice physique, associée à une nutrition saine et équilibrée et à des activités cognitivement stimulantes constituent les éléments clés d’une intervention multidomaine. L’idée fondatrice qui sert de socle à cette approche multidomaine c’est que la somme des activités réalisées (c’est-à-dire, exercice physique, activités cognitivement stimulantes et alimentation saine et équilibrée) agiront en synergie et engendreront une multiplication des bénéfices pour la santé.

Cet ensemble d’activités peut et doit être fait à tous les âges, mais son importance est sans doute accrue chez les seniors. La promotion des interventions multidomaines a depuis longtemps été stimulée par des professionnels de santé qui prennent en charge la santé des seniors. Aujourd’hui, la science vient épauler ces efforts en apportant les preuves nécessaires qui démontrent l’importance de chacun des éléments du multidomaine pour la santé des seniors et des personnes âgées.

Retour en haut de page

Le multidomaine pour vieillir en bonne santé

Publié le 02/08/2017 à 12h22

En termes de vieillissement, bien qu’il existe une variabilité intra-individuelle (les différents organes du corps ne vieillissent pas au même rythme) ainsi que inter-individuelle (deux personnes ne vieillissent pas à la même vitesse), on peut dire que des pertes physiologiques dans plusieurs systèmes de l’organisme, y compris les muscles, commencent à l’âge adulte, entre 30 et 40 ans. Il s’agit d’un processus physiologique qui caractérise un vieillissement dit « normal ».

Avec le temps et l’accumulation des années, ces pertes physiologiques peuvent entrainer une réduction des capacités physiques et cognitives, ayant ensuite un effet négatif sur la vie quotidienne des personnes. Aucun médicament miracle ne peut empêcher la progression de ces pertes physiologiques, mais certains aspects de l’hygiène de vie peuvent contribuer à accélérer ou, au contraire, ralentir la vitesse de ces pertes.

Une « triade » pour bien vieillir !

La pratique régulière d’exercices physiques est un des plus puissants « élixirs de santé » capable de ralentir le processus de perte physiologique au cours du vieillissement. Au-delà de ses effets positifs directs sur les systèmes musculaires et osseux, systèmes essentiels pour assurer notre mobilité, l’exercice physique maintien un équilibre optimal dans plusieurs autres systèmes de l’organisme.

De même, la nutrition a un rôle majeur afin de ralentir les pertes physiologiques. Notamment, chez les seniors, les besoins en protéines augmentent afin d’entretenir la masse et la force musculaire qui garantissent une mobilité optimale et réduisent le risque de subir une chute.

Enfin, la stimulation cognitive vient compléter cette « triade du bien vieillir ». En effet, il est reconnu que des activités cognitivement stimulantes entretiennent les capacités cognitives, y compris la mémoire.

Retour en haut de page

Les fondements scientifiques de l’approche multidomaine

Publié le 02/08/2017 à 15h04

Des nombreuses études ont testé et confirmé les effets bénéfiques de la pratique régulière d’exercices physiques, de la nutrition et de la stimulation cognitive pour la santé et le bien-être des seniors.

Les bénéfices de l’exercice physique sur la capacité physique sont déjà reconnus [1], particulièrement sur la marche et la force musculaire [2]. Une nutrition équilibrée, avec un apport suffisant de protéines, a aussi été démontré comme bénéfique pour la santé des seniors à risque de malnutrition [3]. Sans compter que l’exercice physique et l’alimentation contribuent massivement à une bonne qualité de vie et sont, à ce titre, souvent associés à des sentiments positifs comme, par exemple, le bonheur, le plaisir ou la joie. La stimulation cognitive a déjà fait ses preuves et a prouvé son efficacité pour améliorer / maintenir les fonctions cognitives des séniors [4]. Bien que la contribution de la stimulation cognitive sur la qualité de la vie soit moins étudiée que celle de l’exercice physique ou de l’alimentation, on peut espérer que celle-ci participe aussi fortement à la qualité de vie des seniors (sachant que l’amélioration / maintien des fonctions cognitives sont indispensables pour la réalisation optimale d’activités quotidiennes diverses (ex. : se préparer les repas, se déplacer, etc.)).

Ainsi, la littérature scientifique actuelle soutien clairement que chacun des trois piliers du multidomaine (exercice physique, nutrition et stimulation cognitive), est un puissant levier pour le maintien des fonctions cognitives et physiques et pour la qualité de vie au cours du processus de vieillissement. Les fondements scientifiques de l’approche multidomaine résident, donc, sur l’hypothèse que la réalisation de ces trois activités pourrait potentialiser les effets bénéfiques isolés de chacune.

Dans ce sens, même si les études testant l’approche multidomaine chez les seniors sont encore très peu nombreuses (les études FINGER [5], Pre-DIVA [6] et MAPT (étude menée par le Gérontopôle du CHU de Toulouse [7] sont les principales études à ce sujet) et ne nous permettent, donc, pas d’avoir des conclusions définitives sur l’efficacité du multidomaine pour le maintien des capacités physiques et cognitives, le niveau de preuves déjà apportée par chacun des trois piliers nous permet d’envisager que des interventions multidomaines seraient les plus appropriées pour la santé globale des seniors.

[1American College of Sports Medicine, Chodzko-Zajko WJ, Proctor DN, Fiatarone Singh MA, Minson CT, Nigg CR, et al. American College of Sports Medicine position stand. Exercise and physical activity for older adults. Med Sci Sports Exerc. 2009 Jul ;41(7):1510–30.

[2Liu C-J, Latham NK. Progressive resistance strength training for improving physical function in older adults. Cochrane Database Syst Rev. 2009 Jul 8 ;(3):CD002759.

[3Milne AC, Potter J, Vivanti A, Avenell A. Protein and energy supplementation in elderly people at risk from malnutrition. Cochrane Database Syst Rev. 2009 Apr 15 ;(2):CD003288.

[4Kelly ME, Loughrey D, Lawlor BA, Robertson IH, Walsh C, Brennan S. The impact of cognitive training and mental stimulation on cognitive and everyday functioning of healthy older adults : a systematic review and meta-analysis. Ageing Res Rev. 2014 May ;15:28–43.

[5Ngandu T, Lehtisalo J, Solomon A, Levälahti E, Ahtiluoto S, Antikainen R, et al. A 2 year multidomain intervention of diet, exercise, cognitive training, and vascular risk monitoring versus control to prevent cognitive decline in at-risk elderly people (FINGER) : a randomised controlled trial. Lancet Lond Engl. 2015 Jun 6 ;385(9984):2255–63.

[6Moll van Charante EP, Richard E, Eurelings LS, van Dalen J-W, Ligthart SA, van Bussel EF, et al. Effectiveness of a 6-year multidomain vascular care intervention to prevent dementia (preDIVA) : a cluster-randomised controlled trial. Lancet Lond Engl. 2016 Aug 20 ;388(10046):797–805.

[7Andrieu S, Guyonnet S, Coley N, Cantet C, Bonnefoy M, Bordes S, et al. Effect of long-term omega 3 polyunsaturated fatty acid supplementation with or without multidomain intervention on cognitive function in elderly adults with memory complaints (MAPT) : a randomised, placebo-controlled trial. Lancet Neurol. 2017 May ;16(5):377–89.

Retour en haut de page