Don d’ovocytes

Introduction

Publié le 02/11/2004 à 13h50 (mis à jour le 25/01/2005 à 17h56)

Le don d’ovocytes est le don, anonyme et bénévole, de cellules reproductrices féminines d’un couple à un autre. Pour cela, les ovocytes de la femme du couple donneur sont prélevés au niveau des ovaires après traitement de stimulation de l’ovulation (étapes identiques à celles d’une Fécondation In Vitro). Les ovocytes sont ensuite fécondés in vitro par les spermatozoïdes congelés du mari du couple receveur. Les embryons ainsi obtenus sont congelés pendant au moins 6 mois (afin de vérifier à nouveau les sérologies de la donneuse) puis transférés dans l’utérus de la femme du couple receveur.

Les centres pratiquant le don d’ovocytes sont regroupés au sein du Groupe d’Etude du Don d’Ovocytes (GEDO).

A qui s’adresse le don d’ovocytes ?

Aux couples dont la femme ne produit plus d’ovocytes fécondables ou qui présente un risque de transmission d’une maladie génétique grave. Ces femmes doivent avoir au maximum 39 ans, ne pas avoir d’enfant vivant et avoir un utérus susceptible d’accueillir une grossesse.

Qui peut donner des ovocytes ?

Des femmes vivant en couple, ayant moins de 38 ans et au moins un enfant vivant avec le conjoint actuel et ne présentant aucun facteur de risque.

Quel bilan pour les donneuses d’ovocytes ?

Un bilan clinico-biologique visant à s’assurer du bon fonctionnement ovarien, de l’absence de pathologie transmissible (infectieuse ou génétique) est réalisé avant l’acceptation du don.

Quelles formalités pour les donneuses ?

Consentement éclairé des deux membres du couple donneur.

Quel traitement pour les donneuses d’ovocytes ?

Les donneuses doivent subir un traitement de type Fécondation In Vitro. Schématiquement, il s’agit d’un traitement par injections sous-cutanées d’hormones synthétiques pendant environ 1 mois avec une surveillance échographique et biologique (environ 5 échographies et 5 prises de sang). Les ovocytes sont ensuite prélevés par ponction sous anesthésie locale (1 journée d’hospitalisation) avant mise en fécondation avec les spermatozoïdes congelés du mari du couple receveur.

Utilisation des embryons issus du don

Les receveuses subissent un traitement à base d’estradiol (gel cutané) et de progestérone (comprimés) afin d’obtenir un endomètre permettant la nidation de l’embryon. Une surveillance échographique permet de s’assurer de la bonne qualité de l’endomètre. Ce traitement devra être poursuivi pendant les 9 premières semaines de grossesse.
Le taux de grossesses est d’environ 25%.

Contacts au CHU de Toulouse

Docteur F. Lesourd ou Professeur J. Parinaud (05 67 77 10 14).