Grossesse et tabagisme

Publié le 22/09/2011 à 11h35

On estime que 37% des femmes sont fumeuses avant le début de leur grossesse et que 19,5% des femmes enceintes continuent de fumer pendant tout ou partie de celle-ci. Le phénomène du tabagisme passif chez les femmes enceintes est mal quantifié, mais reste fréquent.

Le tabagisme maternel pendant la grossesse augmente le risque de survenue :

  • d’accidents graves comme les hématomes
  • de retard de croissance intra-utérin,
  • de prématurité,
  • de mort subite du nourrisson
  • et d’une consommation globale de soins plus importante dans la petite enfance.

Ces risques impliquent de prendre en compte non seulement le tabagisme actif de la femme, mais également son tabagisme passif lié à celui de son compagnon ou de son entourage ou de son milieu professionnel, avant, pendant et après la grossesse.

L’arrêt du tabac doit intervenir de préférence avant la conception, sinon le plus tôt possible pendant la grossesse. Il reste utile tout au long de la grossesse et même après l’accouchement.

Un arrêt total est recommandé, car la diminution du tabagisme maternel n’est pas suffisante pour prévenir l’apparition de complications maternelles, fœtales ou néonatales pendant la grossesse ou suite à l’accouchement.

Si la femme enceinte ne parvient pas à s’arrêter rapidement, seule ou avec l’aide d’une approche psychologique et comportementale, c’est le signe d’une dépendance tabagique importante et le recours au traitement substitutif nicotinique (TSN) peut lui permettre d’arrêter le tabac plus facilement. Le TSN peut être prescrit à tout moment de la prise en charge d’une femme enceinte fumeuse.

Si vous souhaitez une aide dans une démarche de sevrage tabagique, une sage-femme est à votre disposition à la maternité de Paule de Viguier. Vous pouvez la contacter au 05.67.77.11.62 afin de fixer un rendez-vous. Elle peut également prendre en charge votre conjoint s’il le désire.