L’indispensable activité physique dans la maladie de Parkinson

Publié le 23/11/2021 à 11h09

L’activité physique en général

Vous avez bien sûr entendu dire que la pratique de l’activité physique « c’est bon pour la santé ». Mais qu’est-ce que c’est exactement ?

L’activité physique désigne tous les mouvements que l’on effectue notamment dans le cadre des loisirs, sur le lieu de travail ou pour se déplacer d’un endroit à l’autre. Une activité physique d’intensité modérée ou soutenue a des effets bénéfiques sur la santé.

Il est prouvé que la pratique régulière d’une activité physique améliore la qualité de vie, favorise une meilleure récupération à l’effort : plus on en fait, plus c’est facile (après 3 à 4 semaines d’adaptation).
Elle a un effet bénéfique reconnu sur la maladie de Parkinson et sur plusieurs autres maladies.

Qu’attendre de l’activité physique pour les personnes qui ont une maladie de Parkinson ?

On considère aujourd’hui que la pratique régulière d’une activité physique fait partie intégrante de la prise en charge non-médicamenteuse de la maladie de Parkinson.

En plus des bénéfices généraux, le patient ressent des bénéfices sur ses symptômes (diminution ponctuelle du tremblement, de la raideur, et la lenteur), car l’activité physique provoque la sécrétion de dopamine dans le cerveau. Celles et ceux qui pratiquent une activité physique régulière nous témoignent d’ailleurs d’un meilleur moral, et se sentent mieux.

Comment s’organiser en pratique ?

Pour les personnes n’ayant pas fait d’activité physique depuis longtemps, nous recommandons de faire un test d’effort préalable, puis de démarrer progressivement cette activité.

Il est important de choisir une activité physique qui plaise, de façon à la pratiquer avec régularité : nous recommandons une pratique régulière d’au moins 3 fois par semaine, d’une intensité moyenne à soutenue. Il doit y avoir une accélération du cœur, un essoufflement qui permette quand même de continuer à parler et une transpiration. Cela peut être une activité individuelle ou collective, organisée ou indépendante.

Les activités les plus souvent pratiquées sont : la marche à pied active, la marche nordique, le footing, le vélo de route, le vélo d’appartement, l’aquagym, la danse de salon (tango par exemple), le Tai-Chi, mais également l’aviron, le hockey sur gazon en marchant, le karaté, l’athlétisme, etc…

4 phases sont à respecter :

  • Phase 1 : phase d’échauffement de 5 minutes environ avec montée progressive de l’intensité de l’effort ;
  • phase 2 : phase de travail de 35 à 40 minutes (au moins) ;
  • phase 3 : phase de récupération de 5 minutes environ avec diminution progressive de l’intensité ;
  • phase 4 : phase d’étirements des muscles ayant travaillé, voire de l’ensemble des muscles du corps. Après les étirements la séance est considérée comme terminée. Il faut bien s’hydrater, et prendre avec soi ses médicaments et son téléphone portable au cas où l’activité se prolonge.

Votre médecin peut vous proposer une ordonnance « sport sur ordonnance », afin de pratiquer votre activité avec un professeur en activité physique adaptée. Cependant, à l’exception de certaines mutuelles qui participent un peu aux frais, il n’y a à ce jour aucun remboursement.

Le sport, c’est la santé !