Zoom sur les thérapies comportementales et cognitives (TCC) dans la maladie de Parkinson

Publié le 20/10/2021 à 15h11 (mis à jour le 20/10/2021 à 15h11)

Les personnes souffrant de la maladie de Parkinson (MP) présentent des troubles moteurs et non moteurs tels que l’anxiété, la dépression ou encore les troubles du sommeil… Ces symptômes impactent la qualité de vie de la personne. Plusieurs techniques (médicaments, psychothérapies, sophrologie, hypnose...) permettent de les réduire. Parmi elles, les thérapies comportementales et cognitives (TCC) ont montré leur efficacité dans de nombreuses recherches sur la maladie de Parkinson.

La TCC est « une approche psychothérapeutique focalisée sur les problèmes et orientée vers l’action » selon Beck (2011).

Prenons un exemple : « Je suis tombé(e) dans mon jardin et je suis persuadé(e) que je vais tomber dans d’autres situations. J’évite alors de sortir de la maison de peur de chuter à nouveau et me faire mal. Petit à petit, je ne sors plus, je vois moins mes amis, je m’isole et me prive des activités que j’aime. »

Dans cette situation, la personne et le thérapeute vont travailler en premier lieu sur la prise de conscience des pensées et croyances (la certitude que ça se reproduise) associées à la situation (la chute) qui génère alors des émotions désagréables (la peur de tomber et de se faire mal) et des comportements « inadaptés » (évitement des activités de plaisir et isolement).

Dans un second temps, ils envisageront alors de nouvelles façons de penser et d’agir.

L’objectif est de mieux vivre cette situation et d’apprendre à y faire face, tout en continuant ses activités sociales, professionnelles et de loisirs.

La TCC est une technique où le patient et le thérapeute sont en interaction active. Il y a d’abord plusieurs séances pour comprendre les symptômes ciblés et le fonctionnement de la personne. Ainsi, le thérapeute propose au patient des exercices centrés sur le problème qui sont réalisés en séance et à domicile.

Comment en bénéficier ?

Vous pouvez trouver des thérapeutes formés aux thérapies cognitivo-comportementales sur l’association française de thérapie comportementale et cognitive (AFTCC).

En principe, ces séances ne sont pas remboursées. Cependant, certains psychiatres ou médecins formés à cette technique peuvent prendre en charge le coût des séances sur leurs honoraires et elles peuvent devenir éligibles au remboursement.

À partir de janvier 2022, des séances de psychologie pourront être prises en charge par la CPAM. À ce titre, nous vous proposerons prochainement une actualité avec les modalités.