Le sport dans la maladie de Parkinson

Publié le 06/04/2022 à 11h01 (mis à jour le 06/04/2022 à 11h15)

Le sport est une activité courante, conseillée et normalement pratiquée par tout le monde, de l’enfance à la vieillesse. Il n’est pas particulièrement associé au concept de « maladie » ni de « traitement ».

Les patients atteints de la maladie de Parkinson ont tendance à réduire leurs activités physiques d’environ 30%, après le diagnostic de la maladie.

Il n’y a actuellement pas de médicaments ni de traitements non-pharmacologiques qui puissent arrêter ou retarder l’évolution de la maladie. Cependant, il a été démontré que la pratique d’une activité physique vigoureuse (au moins 30-45 minutes d’activité physique, 3 fois par semaine) améliore la marche, l’équilibre et la posture ainsi que leur aggravation au cours de la maladie. La pratique de l’activité sportive reste donc essentielle dans le cadre du traitement de la maladie de Parkinson car elle semble représenter un traitement efficace pour certains symptômes moteurs, si elle est réalisée à la bonne intensité et couplée au bon traitement médicamenteux. Le sport peut également avoir un impact positif sur la vie sociale car la pratique des activités peut se faire en groupe et à l’extérieur du domicile.

Dans cette perspective, le Centre Expert Parkinson de Toulouse a commencé une collaboration étroite avec le Toulouse Université Club (TUC), pour offrir aux patients atteints de maladie de Parkinson un programme de sport adapté. Le programme sera actif à partir de Mai 2022 et tous les patients autonomes pourront y participer. Le programme est pris en charge dans le cadre du soin et pour y avoir accès, le neurologue du CEP prescrira des séances de kinésithérapie.

Le programme consiste à réaliser un premier bilan de kinésithérapie puis faire des séances de pilate, des exercices cardiorespiratoires et de renforcement musculaire. Ensuite les patients seront orientés vers différents activités sportives adaptées et initiés avec l’aide du kinésithérapeute du TUC, comme le vélo, l’aviron, le karaté, le hockey sur gazon et la marche nordique. D’autres sports seront ajoutés au programme au fur et à mesure. La fréquence des séances est de 1- 3/semaine, selon la disponibilité des patients, avec des horaires compatibles pour les personnes toujours en activité. Les patients pourront poursuivre en parallèle, leurs séances de kinésithérapie habituelles, s’ils le souhaitent. La durée du programme peut être aussi adaptée en fonction de besoins et des disponibilités du patient.

Si vous avez besoin de plus d’informations, vous pouvez écrire un mail à : parkcet@chu-toulouse.fr ou en parlez à votre neurologue.