Principaux examens pratiqués dans le Centre de rhumatologie

Détecter la fragilité du squelette et le risque de fracture d’un patient fait partie des compétences des rhumatologues.

L’échographie ostéo-articulaire

Publié le 08/03/2013 à 11h29 (mis à jour le 13/05/2014 à 16h00)

Les avancées technologiques de ces dernières années, la possibilité d’un examen dynamique et comparatif, le faible coût et l’absence d’irradiation ont permis de placer l’échographie parmi les techniques d’imagerie privilégiées en rhumatologie dans l’examen des parties molles et notamment des articulations. On parle alors d’échographie ostéo-articulaire.

En quoi consiste une échographie ostéo-articulaire ?

L’échographie ostéo-articulaire est une technique d’imagerie utilisant les ultra-sons. Elle est non irradiante et indolore.

Elle permet d’examiner les parties molles et notamment les tendons, les ligaments, les muscles, certaines parties des ménisques, les nerfs, les vaisseaux, la membrane synoviale qui n’apparaissent pas sur les radiographies standards. Elle permet de diagnostiquer un épanchement articulaire (liquide dans l’articulation), une tendinite, une rupture ligamentaire, une tumeur des parties molles, un hématome, …

Elle est très utilisée dans :

  • la médecine sportive dans les bilans post-traumatiques,
  • les pathologies mécaniques comme les douleurs d’épaule sur atteinte de la coiffe des rotateurs,
  • les pathologies inflammatoires où elle permet d’objectiver des « synovites inflammatoires » qui correspondent à de l’inflammation dans l’articulation,
  • la réalisation d’interventions de type ponction ou infiltration permettant un repérage et un guidage du geste.

Ainsi l’échographie articulaire est devenue un outil privilégié dans le suivi des rhumatismes inflammatoires et l’évaluation de l’activité de la maladie. Elle peut également être utilisée en rhumatologie interventionnelle et permet de faire des repérages avant ponction et/ou infiltrations ou de réaliser des gestes écho-guidés.

Qui réalise les échographies ostéo-articulaires au CHU ?

Dans le Centre de rhumatologie du CHU de Toulouse, les échographies ostéo-articulaires et les gestes écho-guidés sont réalisés chez les malades hospitalisés par des rhumatologues qui ont été spécialement formés (diplôme universitaire d’échographie ostéo-articulaire et de rhumatologie interventionnelle), ou par des radiologues. Les échographies peuvent également être réalisées chez les patients externes par les rhumatologues et les radiologues de l’hôpital.

Retour en haut de page

La densitométrie osseuse

Publié le 08/01/2013 à 17h33 (mis à jour le 13/04/2016 à 18h05)

Le vieillissement, la consommation de toxiques, les modifications hormonales, la malnutrition, la sédentarité, certaines maladies et leur traitement, sont autant de situations, qui, isolées ou associées, participent à la fragilisation de nos os, que l’on nomme également l’ostéoporose. L’ostéoporose expose donc au risque de fracture !

Savoir repérer ces situations à risque, est le premier temps du travail de dépistage de cette affection silencieuse. Puis, dans un second temps, la prescription d’une densitométrie osseuse (ou ostéodensitométrie) est la suite logique de cette démarche volontaire.

Qu’est-ce qu’une densitométrie osseuse ?

La densitométrie osseuse (ou ostéodensitométrie) mesure le minéral osseux.

Le principe de cet examen repose sur l’absorption relative de rayons X par les tissus mous et le tissu osseux. L’évaluation de l’absorption bi-photonique permet avec une bonne exactitude et reproductibilité de mesurer la densité osseuse d’un individu.

Une densité minérale osseuse basse est un facteur de risque de fracture majeur.

Le Centre de rhumatologie du CHU de Toulouse est équipé d’un appareil de densitométrie osseuse, mis à disposition de tous les médecins, généralistes et spécialistes, hospitaliers et libéraux, sur simple prescription.

Pour adresser un patient pour une densitométrie osseuse, les médecins peuvent contacter le Centre de rhumatologie du CHU de Toulouse au 05 61 77 97 68.

Comment se déroule un examen de densitométrie osseuse ?

Réalisé en 15 min, il est interprété par un des spécialistes du service, puis adressé par courrier au médecin prescripteur. L’irradiation qu’il entraîne est minime. Sa seule contre-indication est la grossesse.

Son remboursement est fixé par les autorités de tutelle (Haute Autorité de Santé le 1er juillet 2006).

Comment interpréter le résultat d’une densitométrie osseuse ?

Le résultat de la densité osseuse est donné en valeur absolue (gramme/cm2) et en score.

  • La valeur absolue peut varier d’un fabricant d’ostéodensitomètre à l’autre. On ne peut donc comparer les valeurs absolues provenant de l’analyse d’un même individu sur deux machines différentes.
  • Les scores calculés à partir de cohortes représentatives de la population générale peuvent être comparés d’une machine à l’autre.
  • le T score est le nombre d’écart-type qui sépare la valeur de l’individu de la valeur moyenne d’une population de référence de sujets jeunes ayant acquis leur capital osseux maximal.
  • le Z score est le nombre d’écart-type qui sépare la valeur de l’individu de la valeur moyenne d’une population de référence de sujets de même âge.

Un T score < -2.5 écarts-type correspond à la définition de l’ostéoporose densitométrique chez les femmes ménopausées et les hommes de plus de 50 ans.

Cet examen ne résume pas la démarche diagnostique d’une ostéoporose, il est un atout majeur dans la réflexion pour la prise en charge de cette affection silencieuse trop souvent banalisée.
Examen de densitométrie osseuse

Retour en haut de page