Associations et patrimoine

L’Association des Amis de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques et de La Grave

Publié le 11/03/2005 à 11h15 (mis à jour le 06/03/2018 à 14h45)

Fondation de l’Association

L’Association des Amis de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques et de La Grave (Loi 1901) a été constituée le 5 juillet 1985 à la demande de M. Yvon Lemarié, Directeur Général des Hôpitaux de Toulouse. L’Association a pour missions de développer des recherches concernant l’Histoire des Hôpitaux, de participer à l’effort de mise en valeur de cet ensemble architectural et d’organiser des manifestations culturelles, artistiques et scientifiques.
Depuis sa création, Mme le Professeur Lise Enjalbert (1916-2015) occupait les fonctions de présidente de l’Association, qui regroupe aujourd’hui plus de 220 membres.

Faire connaître l’histoire des Hôpitaux de Toulouse

Ce que nous savons de l’Histoire hospitalière, nous le devons en grande partie aux membres de l’Association des Amis de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques et de La Grave, anciens médecins et personnels hospitaliers devenus guides bénévoles et historiens par passion :

  • Création d’une médaille : l’Association a fait frapper en 1987 une médaille de bronze à l’effigie de Saint-Jacques de Compostelle façonnée par Colin de Guère. Cette médaille est remise à tous les lauréats des prix décernés par l’Association.
  • Édition de livres : le Professeur Lise Enjalbert (1916-2015) a rédigé deux ouvrages édités et diffusés par l’Association et disponibles aux Hôpitaux de Toulouse :
    • l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques de Toulouse en 1989
    • l’Hôpital Saint-Joseph de la Grave Toulouse en 1994
  • Organisation de conférences : l’Association organise six fois par an des conférences sur l’Histoire hospitalière, sur la vie toulousaine et sur des sujets d’actualité plus généraux ; plus de cinquante conférences ont été organisées à ce jour.
  • Participation aux Journées du Patrimoine : la mobilisation et la sensibilisation du public, autour du Patrimoine hospitalier toulousain mobilise, à l’occasion des Journées du Patrimoine, plus d’une vingtaine de membres de l’Association qui accueillent bénévolement les visiteurs pour des visites guidées. Ces journées rassemblent tous les ans plusieurs milliers de personnes à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques et à l’Hôpital La Grave.
  • Installation d’une plaque de l’UNESCO à l’Hôtel-Dieu : les chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France ont été inscrits sur la liste du Patrimoine mondial par l’UNESCO. A ce titre, un certain nombre d’édifices majeurs tels que l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, propriété des Hôpitaux de Toulouse, ont été choisis pour illustrer l’étendue, la variété et la vitalité de cet héritage. Cette plaque a été financée par l’Association et inaugurée le 10 mars 2003.

Valoriser et restaurer le patrimoine hospitalier

L’Association des Amis de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques et de La Grave et les Hôpitaux de Toulouse participent, avec les Monuments Historiques, à la sauvegarde et à la restauration des bâtiments de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques et de la Grave.

De 1987 à 1999, l’Association a assuré, en collaboration avec les Hôpitaux, la gestion de la location des Salles Patrimoniales de l’Hôtel-Dieu à des sociétés, institutions ou à des particuliers. Les recettes de ces locations ajoutées à celles des cotisations des membres adhérents, a permis de financer des travaux de réhabilitation des locaux ou la restauration d’objets, à l’Hôtel-Dieu et à la Grave, pour un montant de 1 523 403 francs soit 232 241 euros

  • La Salle des Colonnes (ancienne Salle Saint-Lazare) : travaux de menuiserie et d’aménagement du sol,
  • la Salle des Pèlerins (ancienne Salle des Pas Perdus) : restaurations des menuiseries et des tableaux des Bienfaiteurs...
  • la Chapelle de l’Hôtel-Dieu : mise en lumière de la chapelle et du vitrail de Louis Victor Gesta.
  • l’ancienne Pharmacie : réparation des boiseries des meubles de pharmacie dans le cadre de l’installation du Musée d’Histoire de la Médecine en 1996.
  • L’Hôpital de La Grave : mise à l’abri du Dôme des salissures des pigeons ; sonorisation et chauffage de la chapelle ; réparations des portes et restauration de la Cour Sainte-Monique.

Attribuer des prix

L’Association des Amis de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques et de La Grave a vocation à soutenir et récompenser des étudiants qui effectuent des travaux de recherche ayant trait à l’Histoire de la médecine et des Hôpitaux.

  • Quinze prix ont été attribués à des thèses et travaux entre 1987 et 2017 et une plaque recensant le nom des étudiants et de leurs travaux a été posée dans la salle Lignères à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques. Une somme de 750 à 1000 euros a accompagné chacun de ces prix.

Création d’un Musée des Instruments de Médecine

Le Docteur André Graulle (1927-2006), ancien médecin anesthésiste hospitalier, d’autres membres de l’Association et des particuliers ont fait don d’une importante collection d’instruments et objets médicaux au CHU de Toulouse en 2002.

La Direction générale ayant proposé d’accueillir cette collection dans l’espace Jean de Rudelle, à proximité du Musée d’Histoire de la Médecine. L’Association a financé les travaux pour un montant de 30 000 euros.

L’agencement de la collection a été réalisé sous la direction du conservateur des collections patrimoniales des Hôpitaux de Toulouse.

Expositions temporaires

Après une exposition concernant l’évolution des soins infirmiers, et en collaboration avec « le Musée de L’Histoire de la Médecine », les Amis de l’Hôtel-Dieu ont créé une exposition temporaire (15 septembre 2016 - 11 novembre 2018) pour commémorer le centenaire de la Grande Guerre. Située dans l’espace Rudelle, elle est intitulée : « Au cœur du service de santé » ; elle rapporte fidèlement le vécu en campagne du Médecin Major toulousain Prosper Viguier et fait l’objet régulièrement de conférences s’y rapportant.

Adhésion

Pour adhérer à l’association des Amis de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques La Grave, adressez votre courrier à : Association des Amis de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques La Grave - 2, rue Viguerie - TSA 80035 - 31059 TOULOUSE Cedex 09

PDF Bulletin d’adhésion à l’Association des Amis de l’Hôtel-Dieu [162.9 ko]

Retour en haut de page

La Société de Médecine de Toulouse

Publié le 11/03/2005 à 11h18 (mis à jour le 06/03/2018 à 14h44)

Histoire de la Société de Médecine de Toulouse

Le décret du 18 août 1793 a supprimé en France toutes les Universités, les Facultés, les Associations Savantes et tout l’enseignement supérieur...

En 1801, les médecins de Toulouse décident de créer un enseignement de la Médecine dans la ville.

Ces médecins praticiens, d’avant la loi de suppression, décident de la formation d’une Société qui réunira tous les médecins toulousains capables de soigner et d’enseigner.

Le 3 juillet 1801, le préfet du département officialise cette nouvelle Société pour lutter contre le charlatanisme régnant.

La Société compte 36 membres, payant une cotisation pour assurer des consultations gratuites, des cours de médecine, des études d’ouvrages nouveaux et même l’installation d’un prix sur concours...

La première séance a lieu le 14 novembre 1801.

Dès 1802, l’enseignement comprend l’anatomie, la physiologie, les accouchements, la pathologie externe, la pathologie interne...

A l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, un cours de Clinique est assuré par les Docteurs Viguerie et Gaugiran. Roch Tarbès (1752-1830), promoteur de la première campagne de vaccination à Toulouse dès 1800, fait un cours de 4 mois sur les plaies, ulcères et tumeurs à 250 étudiants.

La Municipalité de Toulouse cherche à retrouver l’ancien enseignement Universitaire de l’École de Médecine.

Pendant cinq années, la « Société de Médecine, Chirurgie et Pharmacie de Toulouse » assurera tout l’enseignement manquant, jusqu’à ce que Alexis Larrey et Dominique Larrey, très influents auprès de l’Empereur, obtiennent la réouverture de l’École Impériale de Médecine de Toulouse, le 1er mai 1806.

Source : Mémoires de l’Académie des Sciences Inscriptions et Belles Lettre de Toulouse ; l’école de Médecine de Toulouse de 1801 à 1848 ; par Jacques Arlet. Vol. 157 - 17e série - tome V ; 1995.

Professeur Lise Enjalbert (1916-2015) au sujet de la Société de Médecine

J’ajoute que depuis ses origines, la Société de Médecine n’a pas cessé d’être active pour l’enseignement et les progrès de la médecine à Toulouse.

Nous en faisions partie encore avant la Seconde Guerre Mondiale, étudiants très fiers d’aller exposer nos observations et nos travaux, de thèse ou autres, devant nos maîtres.

Le siège en était alors une grande salle au 3e étage de l’Hôtel d’Assézat.

Le président de la Société siégeait dans un grand fauteuil Louis-Philippe et une longue table entourée de chaises nous attendait, devant un minuscule écran de projection.

La Société a peu à peu perdu son rôle de cohésion et d’enseignement.

Facultés de Médecine et Hôpitaux sont nombreux, dispersés dans Toulouse. Seul persiste le Musée d’Histoire de la Médecine dont les collections sont gérées par la Société de Médecine.

Retour en haut de page